Islam radical : Des « échanges » en vue de la réouverture de la mosquée d’Allonnes

CULTE La mosquée d'Allonnes, dans la Sarthe, sera portée par une nouvelle association

J.U. avec AFP
— 
La mosquée d'Allonnes, en Sarthe, reste fermée pour une durée de six mois.
La mosquée d'Allonnes, en Sarthe, reste fermée pour une durée de six mois. — G. Michel

La fermeture de cette mosquée, survenue en octobre  après des soupçons de «pratique radicale de l'islam», avait fait grand bruit. Ce jeudi, le préfet de la Sarthe a annoncé poursuivre « activement » les « échanges » avec une nouvelle association créée en vue de la réouverture de la mosquée d’Allonnes. Emmanuel Aubry a ainsi reçu Mohamed Zantar, président de l’Association allonnaise pour le Vivre ensemble.

Objectif : « envisager conjointement les formalités juridiques et administratives dans la perspective de la réouverture de la mosquée d’Allonnes, portée par cette nouvelle association », selon un communiqué de presse. « L’accompagnement de l’État a pour objectif de permettre l’exercice du culte dans le respect des principes républicains. Les échanges se poursuivront activement dans les prochaines semaines, en lien étroit avec la commune », a ajouté la préfecture.

Les deux associations dissoutes

La préfecture avait engagé mi-octobre une procédure de fermeture de cette mosquée, qui accueillait environ 300 fidèles près du Mans, en estimant que des prêches y légitimaient « le recours au jihad armé ». Le Conseil d’État avait confirmé cette fermeture en novembre et les deux associations gérantes de la mosquée ont été dissoutes en conseil des ministres en janvier. Quant au volet judiciaire, il « suit son cours », a indiqué jeudi la procureure du Mans Delphine Dewailly. Elle avait ouvert une enquête pour « apologie de terrorisme et provocation à commettre des actes terroristes » contre « des membres ou dirigeants des associations » qui géraient la mosquée avant sa fermeture.