Morbihan : Un poney, des chiens, des oiseaux… Une maison ruinée par un locataire et ses animaux

BEURK Depuis un an et demi, un homme résidant à Plaudren, près de Vannes, ne payait plus son loyer. Il a fini par quitter l’habitation, laissée dans un état qui rend chèvre les propriétaires

C.A.
En Bretagne, une maison a été ravagée par un locataire, qui invitait régulièrement un poney à l'intérieur.
En Bretagne, une maison a été ravagée par un locataire, qui invitait régulièrement un poney à l'intérieur. — Joann Randles/SIPA

Cela faisait quatre ans et demi que le couple vivait dans leur maison. Pendant trois ans, tout s’est bien passé. Mais à la séparation de leurs locataires, les propriétaires de cette maison de Plaudren (Morbihan) n’ont plus perçu leur loyer mensuel. Après un an et demi de procédure, ce couple installé près de Vannes a pu récupérer les clés de sa maison. Mais l’état du logement laisse clairement à désirer. Pendant plusieurs mois, des animaux ont cohabité avec le locataire dans des conditions d’hygiène déplorables.

Interrogés par Ouest-France, les propriétaires évoquent la présence d’oiseaux, de chats, de chiens, de cochons d’Inde. Et même d’un poney, qui a régulièrement été vu dans la maison par des voisins. Une photo montrant le petit équidé dans le salon a même circulé sur les réseaux sociaux. A l’intérieur, les sols sont souillés par les fientes et déjections d’animaux, les murs noircis par la saleté, les déchets sont partout. Installé à proximité, le couple passait régulièrement devant la maison, voyant son état se dégrader. La justice leur a donné raison au début de l’automne. Mais il leur était impossible de récupérer leur bien avant la fin de la trêve hivernale.

Cette dernière intervenant le 31 mars 2022, les propriétaires envisageaient de faire appel à la gendarmerie pour récupérer leur bien. Ils n’en auront pas eu besoin, le locataire ayant quitté les lieux sans rien dire, mais en laissant les clés sur la porte. La maison est défigurée, tout comme le jardin. Mais rien n’a été cassé, précise Ouest-France. Les propriétaires ont fait le bilan des impayés, qui s’élève à 10.500 euros, sans compter les frais de procédure.