Bretagne : Le révolutionnaire « sac’h » à galettes a changé la vie de son inventeur

REVOLUTION Depuis un an et l’invention de son sac à galettes, Youenn Allano fait face à une forte croissance d’activité de sa fabrique artisanale de crêpes et galettes

Camille Allain
— 
A Langueux, près de Saint-Brieuc, le sac'h à galettes de Youenn Allano a fait un carton depuis son invention.
A Langueux, près de Saint-Brieuc, le sac'h à galettes de Youenn Allano a fait un carton depuis son invention. — La crêperie de Youenn
  • Un crêpier breton a inventé il y a un an un sac à galettes et crêpes visant à réduire le gaspillage d’emballages.
  • En plus de s’offrir un énorme coup de pub, Youenn Allano a surtout réussi à diviser sa consommation de papier par trois.
  • Débordé par la demande de ses clients, le restaurateur va bientôt déménager (tout près) pour s’agrandir.

Il n’a plus une minute à lui. La rançon du succès pourrait-on dire. Il y a un peu plus d’un an, Youenn Allano a transformé une petite idée en un véritable coup de maître. Lassé de gaspiller du papier pour emballer ses produits, le crêpier de Langueux (Côtes d’Armor) avait eu l’idée toute bête de concevoir un sac isotherme réutilisable en forme de demi-lune pour transporter les crêpes et galettes. Un projet né lors de la livraison au domicile d’une dame plutôt âgée. « Elle avait sorti un sac bricolé en tissu avec une doublure. Ça a fait tilt ». Le temps de plancher avec une amie sur un design sympa et d’envoyer le tout en production, et le tour était joué.

Contre toute attente, le crêpier spécialisé dans la vente à emporter a vu son idée devenir révolutionnaire dans une région où la galette est reine. Débordé par la demande, Youenn Allano avait vu les 1.000 exemplaires de son « sac’h » partir en quelques jours, porté par une hype inattendue. L’homme avait alors commandé 4.000 exemplaires supplémentaires livrés à l’automne. « Il m’en reste moins de 800 et on en vend encore tous les jours. Dans la file d’attente, on voit que les gens sont fiers d’avoir leur sac’h, ils sont fidèles. Cette histoire est incroyable », raconte le crêpier, qui a lancé un site internet dédié pour expédier sa demi-lune partout dans le monde.

Il a divisé sa consommation de papier par trois !

Avec sa petite révolution, Youenn Allano s’est aussi fait un nom. Lui qui produisait déjà 20.000 crêpes et galettes par semaine avant son coup de pub a vu la clientèle affluer. Lui et ses 11 salariés produisent désormais jusqu’à quinze heures par jour pour sortir 25.000 à 30.000 unités hebdomadaires ! La crêperie de Youenn a pourtant réussi dans le même temps à diviser sa consommation de papier par trois. « Avant, on passait 1,5 tonne par an. Là, on vient tout juste de terminer notre premier rouleau de 500 kg. C’est devenu une habitude pour les clients. Je suis content qu’on ait trouvé une alternative à l’emballage unique. C’est pour ça qu’on l’a fait ».

Le succès est tel que son entreprise a dû s’agrandir. Confronté à un manque criant de place, Youenn Allano a racheté un ancien garage situé juste en face où il installera bientôt son site de fabrication, son magasin mais aussi un petit espace de restauration sur place qui lui manquait tant. Au-delà de son succès personnel, le restaurateur espère désormais servir d’exemple et inciter d’autres professionnels de l’alimentaire à lui emboîter le pas. « Quand je vois la quantité d’emballage qui est passée dans les boulangeries ou la restauration rapide, je me dis qu’on pourrait avoir un vrai impact écologique ». Avec la flambée du prix du papier, la réflexion va peut-être s’accélérer.