Montpellier : Au sein du défilé du 1er mai, l’espoir d’un cap à gauche pour le « troisième tour »

MANIF A Montpellier, où Jean-Luc Mélenchon a réalisé son plus gros score dans une métropole, les participants au cortège du 1er mai rêvent d’un troisième tour social

Jérôme Diesnis
— 
Entre 1.200 et 2.000personnes ont manifesté dans les rues de Montpellier à l'occasion du 1er mai.
Entre 1.200 et 2.000personnes ont manifesté dans les rues de Montpellier à l'occasion du 1er mai. — J. Diesnis / Agence Maxele Presse
  • Les participants à la manifestation du 1er mai espèrent un troisième tour social à l'occasion des élections législatives.
  • A Montpellier où Jean-Luc Mélenchon a obtenu des scores records au premier tour des présidentielles, le cortège était plein d'espoirs.
  • Mais l'union des gauches est pour autant loin d'être acquise dans la préfecture de l'Hérault lors des législatives.

Entre 1.200 et 2.000 personnes ont pris part au défilé du 1er mai à Montpellier. « Cette manifestation est le moyen de permettre aux gens de s’exprimer, notamment le projet de retraite à 65 ans. C’est ce qui risque de cimenter la contestation ces prochains mois, espère Bruno. Il y a une nécessité de se faire entendre Le mouvement ouvrier et salarial est atone en raison de l’acharnement de Macron à les museler. »

« On se retrouve avec un Président de la République qui a déjà annoncé la couleur entre la retraite à 65 ans et les cadeaux au patronat, évoque Sébastien Boudesocque, de la CGT. On espère qu’il y aura une majorité d’élus de gauche à l’Assemblée nationale. Mais on sait très bien qu’avec tous les lobbys, sans mobilisation sociale, il n’y aura pas d’avancée sociale. »

« Mélenchon va-t-il mettre son énergie au service du rassemblement à gauche ? »

Placée entre deux élections, présidentielles et législatives, cette journée internationale de lutte pour le droit des travailleurs avait cette année une tonalité particulière. Notamment à Montpellier, où Jean-Luc Mélenchon a obtenu son plus haut total de voix (40,73 %) dans une ville de plus de 200.000 habitants au premier tour des présidentielles. « Macron a été élu par défaut, par rejet de l’extrême droite. Il est important de montrer qu’on est toujours mobilisés dans la rue et dans les urnes pour gagner de nouveaux droits, évoque Julien Colet, qui devrait représenter La France insoumise sur la première circonscription de l'Hérault. Si nous sommes majoritaires à l’Assemblée nationale, alors Jean-Luc Mélenchon pourra être nommé premier ministre et nous pourrons appliquer notre programme de justice sociale, d’écologie, de davantage de démocratie. »

Cinq ans plus tôt, le leader de LFI était déjà arrivé en tête au premier tour des présidentielles, mais dans de moindres proportions (31,46 %). Ce qui n’avait eu qu’un impact modéré sur les législatives où seule Muriel Ressiguier (sur la 2e circonscription) avait empêché le grand chelem de La République en marche dans l’Hérault.

Les candidats de gauche dévoilés cette semaine dans le département

Dimanche le PS, LFI et d’autres représentants des partis de gauche étaient dans le même cortège. mais si des accords nationaux sont signés pour l’union, elle est loin d’être actée à Montpellier. « Jean-Luc Mélenchon, qui a la responsabilité du rassemblement eu égard à son score du premier tour, va-t-il mettre son énergie au service de rassemblement ? s’interroge l’ancien député Christian Assaf (PS). Pour réussir ce rassemblement, il ne faut ni alignement, ni renoncement, ni effacement. Lorsque nous avons été en responsabilité, nous avons créé la gauche plurielle qui a permis aux écologistes, aux communistes, aux radicaux, de pouvoir exprimer leurs différences dans une majorité. Si Mélenchon n’est pas capable de cet effort, alors il n’y aura pas de rassemblement ».

A gauche, les candidats aux législatives à Montpellier et dans l’Hérault devraient être connus dans la semaine.