Parcoursup : Encore beaucoup de candidats à Science Po après la fin du concours d’entrée

GRANDE ÉCOLE L'institution a annoncé près de 12.000 candidatures pour une formation post-bac.

20 Minutes avec AFP
— 
L'entrée de Sciences Po Paris.
L'entrée de Sciences Po Paris. — ACau/SIPA

Sciences po a la cote. La célèbre institution a annoncé enregistrer près de 12.000 candidatures pour l’ensemble de ses formations post-bac, à l’issue des phases de formulation des vœux dans Parcoursup. « Par rapport à 2020, on a quand même une augmentation de près de 60 %. Donc on est encore sur une fourchette très haute de nombre de candidats et d’attractivité », se réjouit Mathias Vicherat, directeur de Sciences po.

La fin du concours d’entrée

La forte hausse du nombre de candidats s’explique par la réforme de l’accès à Sciences po. A la rentrée 2021, l’institut d’étude politique de Paris avait fait son entrée sur Parcoursup, abandonnant son traditionnel et sélectif concours d’entrée, et changeant ainsi ses modalités d’admission. L’administration évalue désormais le dossier scolaire, les résultats obtenus au bac, les écrits personnels (à joindre au dossier) et enfin l’oral (si le dossier est assez bon). Quatre épreuves, chacune évaluées sur 20.

« On avait été, l’année dernière, un peu surpris par le nombre de candidatures, on a donc pris ces éléments en compte, en recrutant du monde en plus pour la partie administrative. On a aussi 800 examinateurs prévus cette année », explique Mathias Vicherat.

Entre 1.100 et 1.200 places pour la rentrée prochaine

Le directeur, en poste depuis novembre dernier, souligne que les candidatures représentent « toutes les académies, y compris l’outre-mer ». « Le taux de boursiers parmi les candidats passe de 12 % en 2021 à 14 % cette année », assure le directeur.

Pour la rentrée scolaire prochaine, Sciences po proposera « aux alentours de 1.100 à 1.200 places » pour la voie Parcoursup. Sciences po « n’est pas un concours donc il n’y a pas de nombre de places fixes » et « on a par ailleurs 50 % d’étudiants internationaux, qui sont dans d’autres types de procédures d’admission », souligne Mathias Vicherat.