Nantes : Trois hommes écroués après la violente agression d’un blogueur d’Azerbaïdjan

POLITIQUE Le jeune homme, connu pour ses critiques du régime, avait été gravement blessé par plusieurs individus en mars 2021 à Nantes

F.B.
— 
Quatre hommes ont été mis en examen pour tentative de meurtre en bande organisée et écroués dans l’enquête sur l'agression d'un blogueur azéri en mars 2021 à Nantes
Quatre hommes ont été mis en examen pour tentative de meurtre en bande organisée et écroués dans l’enquête sur l'agression d'un blogueur azéri en mars 2021 à Nantes — Canva

La victime était exilée en France depuis 2016 en raison de ses prises de position contre le régime azéri dirigé fermement par Ilham Aliyev. Quatre hommes, trois nés en Azerbaïdjan et un en Géorgie, ont été mis en examen pour tentative de meurtre en bande organisée, et écroués dans l’enquête sur l'agression d'un blogueur azéri en mars 2021 à Nantes, a-t-on appris mardi auprès du parquet de Rennes.

« Quatre hommes, âgés de 26 à 35 ans, trois nés en Azerbaïdjan et un en Géorgie, ne présentant pas d’antécédents judiciaires significatifs ont été interpellés et placés en garde à vue », a indiqué le procureur de la République de Rennes, Philippe Astruc, confirmant une information des médias locaux.

A l’issue de cette garde à vue, « ils ont été présentés au juge d’instruction de la Juridiction interrégionale spécialisée (Jirs) de Rennes en charge de l’enquête. Ils ont été mis en examen des chefs de tentative de meurtre en bande organisée et association de malfaiteurs en vue de la préparation d’un crime et ont tous été placés en détention provisoire ».

Coups de poing et de couteau

En mars 2021, dans le centre de Nantes, Mahammad Mirzali avait indiqué avoir été agressé « par des individus qui se trouvaient à bord d’un véhicule » qu’ils avaient quitté précipitamment pour lui porter « plusieurs coups de poing mais aussi plusieurs coups » de couteau ou cutter avant de prendre la fuite, avait indiqué à l’AFP une source policière. Il avait déjà été victime d’une tentative d'homicide un an plus tôt.

Reporters sans frontières (RSF) avait dénoncé dans un tweet « une tentative brutale de faire taire un critique du régime », appelant les autorités françaises à « faire la lumière sur cette attaque ». La page YouTube du jeune homme, intitulée Made in Azerbaijan, est suivie par 466.000 personnes.