Affaire Maddie : L'espoir d'un dénouement après quinze ans de fausses pistes et d'impasses

DISPARITION Quinze ans après la disparition de Maddie, trois ans, au sud du Portugal, un homme a été mis en examen en Allemagne. Retour en cinq dates sur cette affaire emblématique

Diane Regny
— 
Affaire Maddie: Un suspect mis en examen en Allemagne — 20 Minutes
  • Le 3 mai 2007, Kate et Gerry McCann constatent la disparition de leur fille de 3 ans, Maddie, alors qu’ils sont en vacances à Praia da Luz au Portugal.
  • En quinze ans, une myriade de pistes ont été envisagées sans jamais parvenir à retrouver l’enfant du couple de médecins britannique.
  • Ce jeudi, la police allemande a annoncé la mise en examen d’un homme, vraisemblablement un pédophile multirécidiviste qui vivait dans la station balnéaire au moment de la disparition de l’enfant.

EDIT du 3 mai 2022 : Ce 3 mai 2022 marque les 15 ans de la disparition de la petite Maddie, 3 ans, au Portugal. Le 21 avril dernier, un homme a été mis en examen en Allemagne. Mais l’enquête se poursuit.

Après quinze ans de fausses pistes et d’impasses, la disparition de Madeleine McCann, 3 ans, au Portugal, serait-elle sur le point d’être résolue ? L’enquête a, en tout cas, connu un coup d’accélérateur, jeudi, avec la mise en examen en Allemagne d’un suspect. Si son identité n’a pas été confirmée, ni même la nature des charges qui pèsent sur lui, Berlin affirme depuis 2020 détenir des preuves du meurtre de la fillette, identifiant un pédophile multirécidiviste allemand, « Christian B. », comme étant le principal suspect. Retour sur cette affaire emblématique en cinq dates clés.

3 mai 2007 : La petite Maddie disparaît en pleine nuit

Le 3 mai 2007, Kate McCann et Gerry McCann profitent de leurs vacances à Praia da Luz, au sud du Portugal. Les parents ont mis en place un tour de garde : alors qu’ils dînent avec des amis à une centaine de mètres de leur hôtel, un adulte se rend toutes les trente minutes dans la chambre où dorment leurs jumeaux de 2 ans, Sean et Amélie, ainsi que Madeleine, 3 ans, surnommée « Maddie ».

Mais à 22 heures, Kate McCann réalise que sa fille n’est plus dans son lit. Les volets et la fenêtre de la chambre sont ouverts. Le couple de médecins prévient la police locale qui arrivera sur place une trentaine de minutes plus tard. Malgré des recherches d’ampleur, la fillette reste introuvable. Une enquête pour disparition inquiétante est ouverte mais rapidement l’affaire prend une dimension internationale. Les médias britanniques puis du monde entier affluent. Le 9 mai 2007, Interpol diffuse une alerte.

15 mai 2007 : Un Britannique mis en examen

Des témoignages affluent du monde entier. La petite fille aurait été aperçue à Malte, au Maroc ou encore en Belgique. Mais aucune de ces pistes n’aboutit. En parallèle, l’enquête se poursuit au Portugal. Un Britannique de 32 ans, Robert Murat, est mis en examen le 15 mai 2007. L’homme, consultant immobilier, réside à côté de l’hôtel et a participé aux recherches. Mais quelques semaines plus tard, il sera finalement innocenté. Il a reçu 600.000 livres (750.000 euros) de réparations​ de plusieurs médias qui avaient épluché son passé et, pour certains, suggérés qu’il avait des tendances pédophiles.

7 septembre 2007 : Les parents à leur tour soupçonnés

Quatre mois après la disparition de la fillette, coup de tonnerre : Kate McCann est mise en examen par la police portugaise, soupçonnée d’avoir accidentellement tué Maddie. Quelques jours plus tard, c’est au tour de son mari de connaître le même sort. Les enquêteurs affirment que des traces de sang et des « vestiges biologiques » ont été découverts dans la chambre d’hôtel. Ils envisagent alors que l’enfant est décédée sur place et que les parents ont caché le corps dans la panique. Plusieurs hypothèses d’accident domestique sont formulées comme l’administration d’une dose de somnifère trop puissante ou une chute dans un escalier.

Les parents de Maddie, qui n’ont eu de cesse de crier leur innocence et de multiplier les appels pour retrouver leur fille, seront finalement relaxés en juin 2008. Le poison du soupçon ne s’estompera pas pour autant. Un inspecteur portugais continuera, par exemple, d’accuser publiquement le couple de médecins, sortira même un livre à succès. Et ce, alors qu’il a été mis à l’écart de l’enquête.

21 juillet 2008 : Affaire classée… puis rouverte cinq ans plus tard

Le 21 juillet 2008, le ministère public portugais classe l’affaire. Une cellule de veille est toutefois mise en place afin de recueillir les témoignages. En octobre 2013, la police portugaise décide finalement de rouvrir l’affaire, quelques mois après la réouverture officielle outre-manche. « Le dossier avait été rouvert après l’apparition de nouveaux éléments », a expliqué à l’AFP un porte-parole du ministère public, précisant que depuis l’enquête se poursuivait « avec la coopération des autorités anglaises et allemandes ». En réalité, cette réouverture cachait un nom, celui de «Christian B.», un pédophile multirécidiviste dans le viseur des enquêteurs.

3 juin 2020 : « Christian B. », suspect n°1

Le 3 juin 2020, de nombreuses années après leurs premiers soupçons, les autorités allemandes ont partagé leurs conclusions. Ils affirment avoir acquis la certitude que Madeleine McCann était morte et désigne un suspect allemand : Christian B., 43 ans, détenu à Kiel, dans le nord de l’Allemagne, pour des faits de viol sur une Américaine de 72 ans. Des faits commis en 2005, déjà à Praia de Luz.

A l’époque, Christian B., également connu pour trafic de drogue, habitait dans la station balnéaire portugaise. Le jour de l’enlèvement de Maddy, son téléphone borne près de l’hôtel où séjournait la famille McCann. De quoi relancer l’espoir des parents de Madeleine McCann qui cherchent désespérément des réponses à sa disparition.