Routiers : Comment Clotilde combat le sexisme ordinaire au volant de son 44 tonnes

ASPHALTE GIRL Ce mardi, Brut, partenaire de « 20 Minutes », rencontre une conductrice de semi-remorque

20 Minutes avec Brut
Clotilde au volant de son 44 tonnes (de 16,50 mètres)
Clotilde au volant de son 44 tonnes (de 16,50 mètres) — BRUT Media (capture d'écran)

Si Clotilde prend son service dès potron-minet, c’est qu’elle s’épargne le trajet jusqu’à son lieu de travail – son camion – puisqu’elle y passe aussi la nuit : « C’est ma maison, je passe ma vie dedans, quoi ! »

Un mode de vie qu’elle a adopté après que son père, qui est également routier, lui a transmis la passion des camions : « Petite, je partais tout le temps en camion avec lui pendant mes vacances scolaires. C’est là que j’ai vraiment pris goût au métier. »

« Encore des réflexions sexistes, même si les mentalités évoluent »

Bien sûr, ce genre d’activité a ses inconvénients. « Avoir une vie de famille est assez compliqué parce qu’on n’est là que le week-end, reconnaît la jeune femme. Et le fait d’être une femme routière n’est pas toujours évident, il y a encore pas mal de réflexions sexistes… Mais les mentalités évoluent. J’essaie de montrer qu’on peut être féminine et routière en même temps. »

En tout cas, Clotilde – que vous avez peut-être aperçue dans l’émission Les reines de la route saison 2, diffusée par M6 en janvier 2022 – s’épanouit dans le métier qu’elle a choisi : « J’aime vraiment le fait d’être seule [dans ma cabine] et de pouvoir faire ce que je veux. Si j’ai envie de hurler dans le camion, de me prendre pour Beyoncé, je le fais », sourit-elle.

Accompagnez-la lors d’une journée de travail dans cette vidéo de notre partenaire Brut.