C’est l’heure du BIM : Remake Macron-Le Pen, bérézina chez LR et le PS et espoir chez Mélenchon

ACTUALITES « 20 Minutes » compile pour vous les infos qu’il ne faut pas manquer ce matin dans votre Bulletin d’information matinal (BIM)

P.B.
— 
Emmanuel Macron et Marine Le Pen ont participé l'un après l'autre à l'émission «Dix minutes pour convaincre» de TF1 le 6 avril 2022.
Emmanuel Macron et Marine Le Pen ont participé l'un après l'autre à l'émission «Dix minutes pour convaincre» de TF1 le 6 avril 2022. — AFP (photomontage «20 MINUTES»)

Vous avez manqué les infos de ce début de matinée ? On vous a concocté un récap pour vous aider à y voir plus clair.

Match retour entre Emmanuel Macron et Marine Le Pen, la bataille du second tour lancée

Jupiter sur orbite. Le président sortant Emmanuel Macron est sorti en tête du premier tour de l’élection présidentielle 2022 avec 27,6 % des voix, selon les estimations Ipsos-Sopra Steria pour France Télévisions pour France Télévisions, devant Marine Le Pen, qui récolte 23,0 % des suffrages. Les deux candidats se jettent ce lundi dans la bataille pour le second tour du 24 avril, avec cette fois un report des votes de gauche déterminant après le bon score de Jean-Luc Mélenchon ainsi que la débâcle du PS et de LR. Car si Emmanuel Macron a fait un score plus important qu’en 2017 (27-28 % contre 23-24 % pour Marine Le Pen), l’écart avec sa rivale d’extrême droite s’annonce plus serré au deuxième tour, avec un score compris entre 54 % et 51 % contre 46 %-49 %, selon des sondages réalisés dimanche après le premier tour.

Effondrement dans les partis historiques PS et LR

Une claque pour Valérie Pécresse. La droite républicaine n’était jamais tombée aussi bas depuis le début de la Ve République. « C’est la catastrophe, souffle Jules, 22 ans, à nos côtés. On s’attendait à la défaite, mais pas à ce point-là. On ne sait même pas si on va être remboursés, c’est dingue ! » Notre reportage à lire ici.

Un échec historique pour Anne Hidalgo. « Pour le PS et sa candidate, c’est un désaveu total ». A Lille, dans le Nord, on ne fait rien comme les autres. Dans les bureaux de vote de ce fief socialiste, c’est Jean-Luc Mélenchon qui a sorti son épingle du jeu. L’optimisme a ses limites et les derniers sondages n’avaient pas aidé à galvaniser les foules. Et quand les résultats lillois sont tombés, donnant Anne Hidalgo autour des 2 %, personne n’est tombé de sa chaise. Notre reportage à lire ici.

Larmes et espoir au QG de Jean-Luc Mélenchon

« Les plus jeunes vont me dire, on n’y est pas arrivé… C’est pas loin, hein ? Faites mieux ! » C’est sur ces mots doux et amers que Jean-Luc Mélenchon abandonne le micro, ce dimanche soir, dans une ambiance survoltée. Le leader de La France insoumise quitte la scène et tout espoir de devenir président de la République sous des applaudissements nourris et aux cris de « Résistance ! ». Certains militants ne cachent pourtant pas leurs larmes… ni leur déception. A 20 heures précises, lors de l’annonce des résultats sur un écran géant, l’esplanade devant le Cirque d’hiver (Paris 11e) est noire de monde. Des jeunes, surtout, quelques cheveux gris, une poignée d’enfants et des militants qui crient quand le résultat s’affiche sur le grand écran. Notre reportage à lire ici.