Puy-de-Dôme : Brigitte Macron rend visite à ses « filleules », Lou et Elena, qui se battent contre une leucémie

MARRAINE Brigitte Macron a rendu visite à leur domicile près de Clermont-Ferrand (Puy-de-Dôme) aux jumelles Lou et Elena, deux enfants de 22 mois qui se battent contre une leucémie

20 Minutes avec agences
Brigitte Macron (ici en janvier 2020) est devenue la marraine des jumelles lors de l'opération des pièces jaunes 2021.
Brigitte Macron (ici en janvier 2020) est devenue la marraine des jumelles lors de l'opération des pièces jaunes 2021. — DOMINIQUE JACOVIDES-POOL/SIPA

C’est l’histoire de deux petites « guerrières », Lou et Elena. Des jumelles de 22 mois qui se battent contre une leucémie, « une maladie diagnostiquée lorsqu’elles n’avaient que quatre mois », explique Ouest-France. Une leucémie aiguë lymphoblastique B. Un cas extrêmement rare.


Les jumelles ont vécu des semaines de chimiothérapie. Et ont finalement reçu une greffe de moelle osseuse. Aujourd’hui, Elena « va bien ». Mais l’état de santé de Lou inquiète toujours.

Sa seconde visite aux jumelles 


Une association a été créée et une cagnotte lancée afin que la famille s’en sorte financièrement. Et mercredi, les jumelles ont reçu de la visite, dans leur maison, près de Clermont-Ferrand (Puy-de-Dôme) : celle de Brigitte Macron.



Lors de l’opération des pièces jaunes en février 2021, la Première dame avait accepté de devenir la marraine de Lou et Elena. «Elle était déjà venue nous rendre visite à l’hôpital Robert-Debré à Paris quand les filles ont été hospitalisées. Là, elle est restée 1h30, chez nous », raconte la maman dans La Montagne, affirmant avoir « eu l’impression à la fois de recevoir quelqu’un d’important et à la fois de voir une copine ». Les deux femmes s’entretiennent régulièrement au téléphone.

Une rencontre dans l'intimité 


« On a parlé de tout, de ses vacances à Lezoux (Puy-de-Dôme) quand elle était jeune, du prix de l’essence et de la santé des filles surtout. Mais pas de politique », insiste-t-elle, précisant (face aux critiques) sur les réseaux sociaux « que les journalistes n’étaient pas présents, personne n’était au courant en dehors de nos parents et nous. Un moment que nous avons décidé de rendre public, et non l’inverse ».