Puy-de-Dôme : Les vignerons se mobilisent pour protéger leurs plantations du gel

METEO Pour se prémunir du gel et protéger leurs bourgeons, des vignerons ont enflammé de la paille ou installé des bougies la nuit dernière

20 Minutes avec agences
Des bougies entre les rangs de vignes pour lutter contre les effets du gel, à Beaune, le 7 avril 2021.
Des bougies entre les rangs de vignes pour lutter contre les effets du gel, à Beaune, le 7 avril 2021. — KONRAD K./SIPA

Il a passé une grande partie de la nuit dernière dans ses vignes. Stéphane Bonjean, installé à Châteaugay, au nord de Clermont-Ferrand (Puy-de-Dôme), a été obligé de « mettre le feu », pour protéger son chardonnay.

Son raisin doré « était plus en avance cette année », a-t-il expliqué à La Montagne. Et la météo n’était pas bonne. Ce lundi matin, Météo-France a annoncé que les températures les plus froides depuis 1947 pour un mois d’avril avaient été enregistrées au cours de la nuit. Sur une parcelle de deux hectares, Stéphane Bonjean avait réparti « de vieilles bottes de foin humide autour des ceps afin de produire une fumée protectrice pour ses cultures ».


Des techniques similaires ont été utilisées dans la région du Vouvray (Indre-et-Loire), dans le Maine-et-Loire, ou encore en Côte-d’Or, parfois avec des bougies.


Sur les réseaux sociaux, les images d’hélicoptères survolant en rase-mottes les vignes, notamment à Saint-Émilion ou dans le Sauternais ont aussi circulé :


S’il est impossible d’estimer les dégâts à l’heure actuelle, ils devraient être inférieurs à ceux d’avril 2021. Les températures sont tombées moins bas « et le stade végétatif de la vigne serait moins avancé que l’an passé ».

Jean Castex a néanmoins promis hier d’aider les agriculteurs touchés, en demandant au ministre de l’Agriculture de mobiliser le dispositif des « calamités agricoles ». Le Premier ministre a également évoqué l’ouverture, si nécessaire, d’un « fonds d’urgence » pour les départements les plus concernés.