Mort d’Yvan Colonna : Son meurtrier « voulait se payer quelqu’un de connu », lance le directeur de la prison d’Arles

PRISON Interrogé par les députés de la commission des lois, le directeur de la prison d'Arles dans laquelle Yvan Colonna a été mortellement agressé a estimé que son agresseur voulait devenir célèbre

20 Minutes avec AFP
— 
Affaire Colonna: le comportement du meurtrier jugé «dégueulasse» par le directeur de la prison d'Arles — 20 Minutes

Le meurtrier d’Yvan Colonna​ à la prison  d'Arles « voulait se payer quelqu’un de connu », a estimé mercredi le chef de cet établissement à l’Assemblée nationale, disant ne pas croire à l’explication d’un « blasphème » prononcé par le détenu corse.

« Jusqu’au 2 mars, aucun de vous n’en avait entendu parler. Qu’est-ce qu’il pouvait faire pour être connu et pas être le petit djihadiste inconnu parmi X en France ? Agresser (…) qui, sinon le plus connu sur la prison, Yvan Colonna », a déclaré Marc Ollier lors d’une audition devant la commission des lois.

Un parcours chaotique

« C’est mon sentiment, c’est mon impression, je n’ai pas de preuves », a ajouté celui qui a pris ses fonctions le 1er mars, veille de la violente agression d’Yvan Colonna, qui purgeait une peine de prison à perpétuité pour l’assassinat du préfet Claude Erignac en 1998 à Ajaccio. Tombé dans le coma après son agression, Yvan Colonna est décédé le 21 mars.

Son meurtrier, Franck Elong Abe, 36 ans, arrêté par les Etats-Unis en Afghanistan et condamné notamment pour « association de malfaiteurs terroriste », était incarcéré depuis 2019 à la maison centrale d’Arles, après un parcours chaotique dans plusieurs autres établissements.

Il a expliqué aux enquêteurs avoir agressé Yvan Colonna dans la salle de sport de la prison « pour riposter contre celui qui a blasphémé », assurant que son codétenu avait tenu des paroles offensantes « cinq ou six fois ».