Prix des carburants : « Le bioéthanol est une réponse rapide pour l’amélioration du pouvoir d’achat »

INTERVIEW Avec la hausse du prix de l’essence, de nombreux automobilistes se tournent vers le bioéthanol, un carburant vendu 70 centimes le litre. Philippe Mametz, gérant d’un garage à Meaux, explique à « 20 Minutes » comment on convertit une voiture au bioéthanol et les pièges à éviter

Mathilde Desgranges
— 
Flambée des prix des carburants dans les stations services (Illustration)
Flambée des prix des carburants dans les stations services (Illustration) — © Mourad ALLILI/SIPA
  • Les ventes de kits éthanol, qui permettent aux voitures essence classiques d’utiliser le bioéthanol, explosent depuis février. Selon Philippe Mametz, gérant d’un garage à Meaux, ce carburant permet une « amélioration du pouvoir d’achat ».
  • Vendu 70 centimes le litre, le bioéthanol est presque trois fois moins cher que le sans-plomb 98, le sans-plomb 95 ou le diesel.
  • En France, plus de 70.000 véhicules ont déjà été équipés de ces kits éthanols, selon le réseau de garage AD.

Une solution miracle pour un plein de carburant à moitié prix ? Alors que le litre d’essence flirte avec les 2 euros, de plus en plus de conducteurs se tournent vers le carburant E85 et son litre à 70 centimes. Composé à 85 % de bioéthanol, il représente une aubaine pour ceux qui font quotidiennement de la route pour aller au travail. En France, plus de 70.000 véhicules ont été équipés de ces kits éthanols qui permettent à une voiture essence classique d’utiliser ce carburant, selon le réseau de garage AD. Philippe Mametz, gérant d’un garage à Meaux, en Seine-et-Marne, explique à 20 Minutes l'intérêt croissant pour ces kits sur les trois derniers mois.

Quel est l'intérêt du bioéthanol? 

C'est un carburant moins cher que l’essence car il est moins taxé. C’est une réponse rapide pour l’amélioration du pouvoir d’achat. Les résultats sont visibles dès le premier plein. La semaine dernière, on est allés à la pompe avec une cliente qui venait d’adopter le carburant E85. Avant, elle faisait son plein pour 85 euros, avec le bioéthanol ça lui a coûté 35 euros. Ce qui refroidit un peu les gens, c’est le prix de la conversion. Selon le véhicule et son ancienneté, cela peut aller de 800 à 1.200 euros. Pour une voiture qui fait 10.000 kilomètres à l’année, avec une consommation autour des 8 litres, il faut en moyenne 10 mois pour rentabiliser cet investissement.

Un moteur équipé d'un kit éthanol pour utiliser le carburant E85.
Un moteur équipé d'un kit éthanol pour utiliser le carburant E85. - © Philippe Mametz

Comment est fabriqué le bioéthanol ?

C'est un produit issu de l’agriculture, fabriqué à partir de l’alcool de betterave. On l’appelle E85 parce qu’il contient encore 85 % de bioéthanol et 15 % d’essence. Pour permettre aux véhicules à essence classiques d’utiliser ce carburant, qui a une puissance énergétique moindre, on leur installe des boîtiers électroniques sous le capot. Ces dispositifs adaptent les réglages du véhicule au manque de performance du bioéthanol. Cela entraîne une légère surconsommation.

Constatez-vous une forte augmentation de la demande de conversion ?

La demande a explosé avec la hausse des prix du carburant. Depuis février, on constate une grosse augmentation des ventes de kits éthanol. Là, j’en suis déjà à 36 sur les trois premiers mois de 2022, contre 31 en 2021. Par contre, les délais pour obtenir les boîtiers électroniques s’allongent. Comme tous les secteurs, on fait face à la pénurie de composants électroniques à la suite de la pandémie. Désormais, il faut compter environ trois semaines pour obtenir un boîtier, à partir du moment où il est commandé.

Le bioéthanol est-il plus écologique ?

Le bioéthanol ne produit pas forcément moins d’émissions de gaz à effet de serre au niveau de l’échappement. En revanche, l’élaboration de ce produit nécessite moins de CO2 que celle de l’essence. Il provient de circuits courts puisqu’il est issu de la production française et qu’on utilise des ressources locales. C’est une production plus écologique, qui nous rend moins dépendant vis-à-vis du pétrole. Mais il ne faut pas non plus chercher à convertir tout le marché automobile au bioéthanol, la France n’a pas encore la capacité de répondre à une telle demande.

Quels conseils pour les personnes intéressées ?

Il faut se méfier des boîtiers pirates ou des reprogrammations, qui se trouvent surtout sur Internet. A chaque fois qu’il y a une mode, les gens cherchent à en profiter pour se faire de l’argent. Certains vendent des boîtiers qui ne sont ni agréés ni testés à l’UTAC [Union technique de l'automobile, du motocycle et du cycle], au risque de détériorer les moteurs. Cela peut poser problème auprès de l’assurance en cas d’accident ou de contrôles techniques car ces boîtiers ne respectent pas les normes réglementaires.