Prostitution : Démantèlement d'un vaste réseau roumain actif en France

RESEAU C’est le train de vie important que menaient en Roumanie les mis en cause qui a attiré l’attention de la police

20 Minutes avec AFP
— 
Illustration sur la prostitution.
Illustration sur la prostitution. — SERGE POUZET/SIPA

Un vaste réseau roumain de prostitution actif en France a été démantelé ce mardi avec l’interpellation de cinq hommes en Roumanie et de deux dans l’hexagone, lors d’une opération de police conjointe avec la Roumanie et l’Espagne.

Un train de vie démesuré

C’est le train de vie important que menaient en Roumanie les mis en cause ainsi que leurs surfaces financières qui ne correspondaient pas à leurs revenus qui ont attiré l’attention de la police, a expliqué la commissaire Elvire Arrighi, cheffe de l’office. Ils circulaient en voiture de luxe, étaient à la tête de sociétés et possédaient des immeubles.

Une enquête ouverte en 2020

L’enquête pour « traite d’êtres humains en bande organisée » avait été ouverte en 2020 et confiée à l’Office après saisine de la Juridiction interrégionale spécialisée de Marseille (JIRS). Agés de 20 à 30 ans, les mis en cause, installés en Espagne​, attirait de jeunes Roumaines du même âge qu’eux selon la technique du « Lover boy ». Ils séduisaient leurs victimes, leur faisant miroiter une vie de luxe auprès d’eux.

28 victimes

Ils les faisaient venir en Espagne, puis les installaient en France dans des appartements où ils les contraignaient à se prostituer. « Quasiment toutes les semaines, ils venaient en France et leur faisaient changer de ville », a poursuivi la commissaire. Vingt-huit victimes ont été retrouvées mardi dans des appartements à Marseille, Aix-en-Provence, Montpellier, Limoges et Tours. Treize d’entre elles ont été entendues par les enquêteurs, qui les ont mises ensuite en contact avec des associations.

Des interpellations en Roumanie

Parallèlement en Roumanie, des policiers français et espagnols ont interpellé avec leurs collègues roumains cinq hommes, suspectés d’appartenir au réseau, tous visés par un mandat d’arrêt européen. Ces derniers avaient décidé de quitter l’Espagne l’été dernier pour se réinstaller en Roumanie. L’un d’entre eux est considéré par Europol comme une cible de premier plan, selon Mme Arrighi. En France, deux hommes ont été interpellés à Marseille et Montpellier. Au cours des perquisitions, 29.000 euros ont été saisis en France.