Coronavirus : Des figures prisées des antivax font leur colloque à l’IHU de Marseille

DISCUSSIONS Organisé à l'IHU par les associations Réinfo, Enseignement recherche, libertés, ce colloque, intitulé « premier bilan des connaissances et controverses scientifiques », réunit à Marseille fin mars des figures prisées des antivax

Alexandre Vella
— 
Ce colloque est hébergé par l'IHU sans qu'il soit organisé par ce dernier
Ce colloque est hébergé par l'IHU sans qu'il soit organisé par ce dernier — SOPA Images/SIPA
  • Un colloque intitulé « Covid-19 : premier bilan des connaissances et controverses scientifiques » se tiendra à l’IHU les 30 et 31 mars prochains.
  • « Ce colloque scientifique réunit uniquement des universitaires qui ne répètent pas les discours officiels », a présenté Laurent Mucchielli, son coordinateur scientifique.
  • Ce colloque réunit des figures prisées des antivax.

Le pass vaccinal sera-t-il exigé à l’entrée ? À l’évidence, non. D’abord parce que celui-ci a été levé le 14 mars dernier, ensuite parce que le casting de ce colloque réunit une vingtaine de chercheurs qui ont ouvertement adopté des positions, au mieux, critiques vis-à-vis de la gestion de la pandémie et d’un certain consensus scientifique. Organisé les 30 et 31 mars prochains dans les locaux de l’IHU qui, sans organiser, « met à disposition un amphithéâtre », ce colloque est intitulé « Covid-19 : premier bilan des connaissances et controverses scientifiques ».

À propos, le controversé directeur de l’IHU, Didier Raoult, en donnera le discours d’ouverture, sans tenir de présentation. C’est le sociologue Laurent Mucchielli, auteur de La Doxa du Covid : Peur, santé, corruption et démocratie, qui a lancé l’organisation de ce colloque, « il y a un peu plus de deux mois » et s’est « chargé de la coordination scientifique », précise-t-il. « J’ai participé à une vingtaine de colloques dans ma vie, et jamais la presse ne m’avait appelé avant », s’est-il étonné. « Ce colloque scientifique réunit uniquement des universitaires qui ne répètent pas les discours officiels », résume-t-il.

« La vérité est provisoire »

Dans la liste des participants, figurent, entre autres, Hélène Banoun, membre du Conseil scientifique indépendant (CSI), Vincent Pavan, le président de l’association Réinfo liberté (structure derrière le site RéinfoCovid), ou encore Laurent Toubiana, resté solidaire du documentaire Hold-up auquel il a participé et où il affirmait que la seconde vague « ne viendrait pas », sans en cautionner toutefois les « aspects complotistes », indiquait-il à France Info.

Autre coorganisateur de ce colloque, le syndicat « Enseignement, recherche et libertés » proche de Louis Fouché, ancien médecin réanimateur à l’AP-HM, connu pour ses positions antivax. Se trouvent également des contributions de défenseurs des traitements à l’ivermectine et à l’hydroxychloroquine.

En somme, des organisations et des universitaires aux productions abondamment relayées dans les galaxies covido-sceptique ou antivax. « Le propre de la science est que la connaissance n’est pas définitive. Il y a des discussions, des controverses et la vérité est provisoire », conclut Laurent Mucchielli.

Au moment de la levée du pass vaccinal et où les Français tombent le masque, la réalité du Coronavirus est, pour l’heure, celle d'une épidémie qui flambe à nouveau et qui a fait plus de 5,5 millions de morts dans le monde.