Agression d'Yvan Colonna : Nous sommes « prêts à aller jusqu’à l’autonomie », assure Gérald Darmanin à « Corse-Matin »

DECLARATION CHOC Le ministre de l'Intérieur souhaite un retour au calme en Corse

20 Minutes avec AFP
— 
Gérald Darmanin sera en visite en Corse pendant deux jours.
Gérald Darmanin sera en visite en Corse pendant deux jours. — Alfonso Jimenez/Shutterstock/SIPA

« Nous sommes prêts à aller jusqu’à l’autonomie » pour la Corse, a assuré mardi soir le ministre de l’Intérieur Gérald Darmanin au quotidien Corse-Martin, à la veille d’une visite de deux jours dans l’île après deux semaines de tension autour de l’agression d’Yvan Colonna.

Mais le préalable à une discussion entre les élus corses et le gouvernement autour de l’avenir de la Corse est le retour au calme, a insisté le ministre, selon un extrait d’un entretien avec le journal publié sur le site internet de celui-ci : « Il ne peut pas y avoir de dialogue sincère en démocratie sous la pression des bombes agricoles et la présence, ou l’omniprésence, des forces de l’ordre. »

Il reconnaît une part « responsabilité » de l’Etat dans l’agression de Colonna

« Nous sommes prêt à aller jusqu’à l’autonomie. Après, la question est de savoir ce qu’est cette autonomie. Il faut qu’on en discute », a précisé le locataire de la place Beauvau dans une interview qui sera publiée en intégralité mercredi dans la version papier du journal corse.

Cette question institutionnelle « sera logiquement engagée pendant le second mandat » du président Macron, s’il devait être réélu, a-t-il précisé.

Dans cet entretien, Gérald Darmanin reconnaît également une part de « responsabilité » de l’Etat dans l’agression d’Yvan Colonna, le 2 mars. « Il y a une responsabilité de l’Etat en tant que protecteur des personnes qui sont sous sa responsabilité, en l’occurrence des prisonniers », dit-il, en s’engageant à faire « la vérité sur ce qui est arrivé » au militant indépendantiste dans la prison où il purgeait une peine à perpétuité pour sa participation à l’assassinat du préfet Erignac en 1998 à Ajaccio.