Cannes : Le ministère de l’Intérieur renonce à la fermeture d’une mosquée

RELIGION L’association gestionnaire de la mosquée « a montré qu’elle avait totalement coupé les ponts avec le précédent recteur », justifie la préfecture des Alpes-Maritimes

F.B. avec AFP
La mosquée Al Madina Al Mounawara, à Cannes
La mosquée Al Madina Al Mounawara, à Cannes — SYSPEO/SIPA

Gérald Darmanin avait annoncé la « fermeture administrative » d’une mosquée de Cannes en janvier avant même le lancement d’une procédure contradictoire. Cette dernière, organisée ces dernières semaines, a fait pschitt. La préfecture des Alpes-Maritimes a annoncé ce mardi que le ministère de l’Intérieur avait finalement renoncé à interdire le lieu de culte.

« La décision qui a été prise la semaine dernière par le ministère de l’Intérieur est de ne pas prendre de mesure de fermeture administrative, à la lumière des éléments fournis par les nouveaux responsables de la mosquée », a souligné la préfecture.

Gérald Darmanin, avait annoncé le 12 janvier avoir « fermé » la mosquée Al Madina Al Mounawara, dans le centre-ville de Cannes. « Nous lui reprochons des propos antisémites [et] des soutiens au CCIF [Collectif contre l’islamophobie en France] et à BarakaCity », deux associations « islamistes », selon des déclarations du ministre sur CNews.

« Les garanties apportées ont été jugées suffisantes »

« C’est de la sagesse et de la justice », a réagi le nouveau recteur de la mosquée, Ahmed Guessoum, en poste depuis huit mois, qui attend d’être « officiellement informé de cette décision ». Il avait dénoncé une initiative « injuste et injustifiée ».

Cette procédure de fermeture administrative avait été officiellement ouverte en raison de « propos haineux envers la France » et de propos « incitant à la haine envers les homosexuels ou transsexuels » tenus par l’ancien recteur sur la page Facebook de la mosquée, avait alors détaillé la préfecture, parlant aussi d'« une haine antisémite explicite ».

L’association gestionnaire de la mosquée « a montré qu’elle avait totalement coupé les ponts avec le précédent recteur et repris la gestion de la page Facebook de la mosquée. Et les garanties apportées ont été jugées suffisantes », a encore précisé la préfecture.