Guerre en Ukraine : Près de 10.000 personnes rassemblées en France pour dénoncer l’invasion russe

MANIFESTATIONS A Paris, Lille, Rennes et Strasbourg notamment, des manifestants ont défilé pour montrer leur opposition à Vladimir Poutine

20 Minutes avec AFP
— 
Un rassemblement pour soutenir l'Ukraine, Place de la République à Paris le 12 mars 2022.
Un rassemblement pour soutenir l'Ukraine, Place de la République à Paris le 12 mars 2022. — ISA HARSIN/SIPA

Des manifestations ont une nouvelle fois eu lieu ce week-end en France pour soutenir l’Ukraine. Près de 10.000 personnes se sont rassemblées samedi à Paris et dans plusieurs autres villes dont Lille, Rennes et Strasbourg pour dénoncer l’invasion russe.

Au total, 9.700 personnes dont un millier à Paris se sont réunies en France pour l’Ukraine, selon des chiffres du ministère de l’Intérieur. « Aidons l’Ukraine, boycottons le gaz et le pétrole russe », ont réclamé les manifestants, dont de nombreux Ukrainiens et Russes opposés à la guerre, réunis place de la République dans la capitale.

« Le fait d’être ensemble c’est une arme »

« Il faut fermer le ciel, c’est essentiel, parce que les civils meurent. Poutine bombarde n’importe comment, il bombarde les hôpitaux, les maternités, les écoles, les maisons particulières. Tout, tout, tout… », a dénoncé Halyna Nyskevya, une Ukrainienne de 65 ans résidant en France depuis une vingtaine d’années. Il faut « montrer à tout le monde qu’il y a une résistance, même si on n’est pas l’arme au poing mais ça aussi c’est une arme, le fait d’être ensemble c’est une arme et on est fier d’être là », a affirmé de son côté Maya Dahan, 33 ans.

« L’achat du gaz et du pétrole russe finance directement la guerre d’invasion russe en Ukraine et nous rend tous complices de cette guerre », affirmaient de nombreux manifestants arborant un badge aux couleurs ukrainiennes appelant au boycott du gaz et du pétrole russe. Sur les banderoles, la plupart rédigées en anglais, on pouvait lire « arrêtons les crimes de guerre de Poutine ». Une jeune femme russe vivant en France tenait une pancarte proclamant (en anglais) « Je suis Russe et je soutiens l’Ukraine. Poutine est un assassin ». En russe, elle a écrit sur sa pancarte : « Non à la guerre ».

A Lille, une centaine de personnes étaient rassemblées dans l’après-midi en soutien à l’Ukraine. « Putin Go Home ! », « God bless Ukraine », pouvait-on lire sur des pancartes. A Strasbourg, 600 personnes se sont rassemblées Place Kléber. Et ils étaient 700 à Rennes, au cri de « Poutine criminel de guerre ».