Ruralité : Ils ont repris le seul commerce d’un village pour empêcher sa « mort »

DÉSERTIFICATION Ce jeudi, Brut, partenaire de « 20 Minutes », visite un commerce multiservice de province

20 Minutes avec Brut
Le commerce multiservices L'Eden
Le commerce multiservices L'Eden — osezmauges.fr

Si l’Insee affirme que les populations des « communes peu denses » – 200 à 3000 habitants – augmentent depuis trente ans, certains villages français sont menacés de désertification du fait de la disparition des commerces de proximité. Ça n’est heureusement plus le cas de La Boissière-sur-Èvre, dans le Maine-et-Loire, dont les 430 habitants ont accueilli la reprise de leur unique commerce avec soulagement.

Après le départ en retraite de Thérèse, qui l’avait géré plus de trente ans durant, Lydie et Gildas ont en effet repris les commandes du bien nommé L’Eden : « On y vend du pain, des timbres, on fait bar, restaurant, chambres d'hôtes et puis bien d’autres services, détaille la patronne. C’était important parce que les villages se meurent quand leurs commerces ne sont pas repris. »

« On aime ce qu’on organise »

« C’est le café du village qui sert de lien », confirme une cliente. Et ce lien est évident quand on voit les habitants se croiser à L’Eden, qui pour y boire un café, qui pour y acheter sa baguette et son journal quotidiens…

« On aime ce qu’on organise, les gens répondent bien, ils viennent, se réjouit Lydie. On sort un petit salaire, mais ce n’est pas l’essentiel pour nous : on est d’abord heureux à notre travail ». Visitez ce commerce pas comme les autres dans cette vidéo de notre partenaire Brut.