Puy-de-Dôme : Des distributeurs de protections hygiéniques gratuites dans les collèges, une première en France

REGLES Le département du Puy-de-Dôme a décidé d’équiper tous ses collèges de distributeurs de protections périodiques gratuites. Une première en France

20 Minutes avec agences
— 
Des protections hygiéniques (illustration)
Des protections hygiéniques (illustration) — Louise MERESSE/SIPA

En France, près de deux millions de femmes n’auraient pas les moyens de se procurer régulièrement des protections hygiéniques. Victimes de précarité menstruelle. Depuis quelques mois, des initiatives sont lancées. Enfin. La dernière, d’ampleur, est à l’initiative du département du Puy-de-Dôme qui vient de décider d’équiper ses 57 collèges de distributeurs de protections périodiques gratuites.
Le premier a été installé à l’occasion du 8-Mars dans le collège La Charme à Clermont-Ferrand. C’est un « véritable tabou chez les jeunes de 12 à 17 ans pour des raisons familiales, culturelles et sociétales », met en avant le département, estimant que « la question des règles est au cœur de la lutte contre les discriminations sociales et des enjeux pour l’égalité femmes/hommes. »



En installant un distributeur par collège sur l’ensemble de son territoire, la collectivité compte accompagner 14.000 collégiennes, « dont on estime que 30 % d’entre elles en feront usage. »

« Le plus difficile à cet âge-là, c’est déjà la connaissance de leur corps »

Les jeunes filles bénéficieront de protections « 100 % en coton biologique et sans perturbateur endocrinien », souligne le département qui finance à hauteur de 57.000 euros l’achat, l’approvisionnement et l’installation des machines.



« Le plus difficile à cet âge-là, c’est déjà la connaissance de leur corps, c’est l’idée qu’elles puissent être moquées par les garçons ou les camarades de leur classe. Ça, ça les terrorise. Ensuite, c’est de se retrouver dans une situation où elles n’auront pas de change », souligne sur France 3 Auvergne-Rhône-Alpes une infirmière scolaire. En 2021, 12 % des adolescentes ne seraient pas allées en cours parce qu’elles n’avaient pas de protection.

La région Bretagne équipe de son côté l’ensemble de ses lycées publics et privés. Une idée qui s’est déjà concrétisée dans plusieurs universités françaises ces derniers mois. La mairie de Nantes (Loire-Atlantique) vient aussi d’inaugurer ses premiers distributeurs en libre accès. Trente machines d’une capacité de 300 produits chacune sont installées dans des lieux publics disséminés dans les différents quartiers de la ville.