Brest : La thèse de l’accident privilégiée après la mort d’un ado, fauché par un train

DRAME Le jeune homme allait rejoindre sa mère de l’autre côté des voies quand il a été heurté par un TGV

C.A. avec AFP
— 
Un adolescent a été fauché par un train en marche au Relecq-Kerhuon, près de Brest, le 4 mars 2022.
Un adolescent a été fauché par un train en marche au Relecq-Kerhuon, près de Brest, le 4 mars 2022. — C. Allain / 20 Minutes

Un drame s’est noué vendredi soir à la gare du Relecq-Kerhuon, à quelques kilomètres de Brest. Alors qu’il traversait les voies ferrées, un adolescent de 15 ans a été fauché par un TGV sous les yeux de sa maman, qui l’attendait de l’autre côté. L’accident a suscité un vif émoi dans cette commune de 11.000 habitants. D’après le parquet de Brest, la thèse de l’accident est pour l’heure privilégiée.

D’après des témoins, le jeune homme aurait traversé les voies après être descendu du TER qui le ramenait de son cours de musique. A cet endroit, il n’y a ni passerelle, ni passage souterrain. Pour traverser les voies, le jeune homme a emprunté un passage planchéié, selon le terme de la SNCF. Des pictogrammes lumineux posés à même les voies clignotent pour signaler le passage imminent d’un train. L’adolescent les a-t-il vus ? Quelques secondes plus tard, il a été fauché par un TGV qui reliait Paris et Brest.

Les infrastructures lumineuses « ne sont pas toujours respectées »

« Il va falloir comprendre quelle est la signalétique en place, comment les voyageurs sont prévenus lorsqu’il y a un train qui arrive, etc. », indique le procureur de la République de Brest, Camille Miansoni. Lundi soir, le conducteur du TGV, « choqué », n’avait pas encore été entendu.

D’après la SNCF, les infrastructures lumineuses apposées au sol « ne sont pas toujours respectées par la clientèle ». La compagnie ferroviaire a tenu à « s’associer à la douleur de la famille » du jeune garçon.

« Les passages planchéiés sont des infrastructures qui par nature font l’objet d’attentions particulières, après il y en a sur tout le territoire français », a ajouté l’entreprise. La SNCF dit mener des opérations de prévention notamment auprès des jeunes afin de les alerter du danger de ces passages où les trains ne s’arrêtant pas en gare passent à très vive allure.