Guerre en Ukraine : La galère des réfugiés ukrainiens coincés à Calais faute de visa pour l’Angleterre

FRONTIERE Plusieurs centaines de réfugiés ukrainiens se retrouvent bloqués à Calais, refoulés par les autorités britanniques faute d’avoir obtenu un visa avant de se présenter à la frontière

Mikaël Libert
Le port de Calais (illustration).
Le port de Calais (illustration). — M.Libert / 20 Minutes
  • Depuis le début de la guerre en Ukraine, 1,5 million de personnes ont quitté le pays.
  • Plusieurs centaines ont tenté de rejoindre des proches ou de la famille en Grande-Bretagne.
  • La moitié d’entre eux a été refoulée, faute de se présenter avec un visa pour effectuer la traversée.

Imbroglio administratif. Depuis le début de la guerre entre la Russie et l’Ukraine, ce sont plus de 1,5 million d’Ukrainiens qui ont fui leur pays. Si la plupart restent dans les pays limitrophes, d’autres tentent de rejoindre de la famille ou des proches en Europe, notamment en Grande-Bretagne. Mais pour traverser la Manche, les autorités britanniques exigent un visa que plusieurs centaines de réfugiés n’ont pas eu le temps de se procurer avant d’arriver à Calais.

Selon les chiffres de la préfecture du Pas-de-Calais, ce sont 517 Ukrainiens qui se sont présentés à la frontière avec la Grande-Bretagne depuis le 28 février dernier. Arrivés au port de Calais ou au terminal du tunnel sous la Manche, à Coquelles, 250 ont été empêchés d’embarquer parce qu’ils ne s’étaient pas procuré de visa en amont.

Les visas sont délivrés à Bruxelles ou Paris

Dans les faits, les autorités britanniques ne refusent pas de délivrer des visas aux citoyens ukrainiens qui en font la demande. Le problème, c’est que les demandes de visas ne peuvent pas être effectuées sur place. « Cette situation n’est pas réaliste car elle contraint des personnes, déjà épuisées par leur long et pénible voyage, à se rendre à Paris ou Bruxelles », déplore le représentant de l’Etat dans le Pas-de-Calais.

Si une équipe de conseil des services d’immigration britanniques a été diligentée à Calais, aucun visa n’a toutefois été délivré sur place malgré l’insistance du gouvernement français par la voix du ministre de l’Intérieur, Gérald Darmanin. Ces fonctionnaires ne sont là que pour aider les Ukrainiens dans leurs démarches.

Parmi les réfugiés ukrainiens bloqués à Calais, 136 se trouvent dans une situation encore plus compliquée puisqu’ils ont fui leur pays sans aucun moyen de paiement. Ils ont été logés temporairement à l’auberge de jeunesse de la commune et devront y patienter jusqu’à ce qu’ils trouvent un moyen de se rendre dans une ambassade ou en attendant que la Grande-Bretagne assouplisse son dispositif.