Journée des droits des femmes : Jennifer Lufau, « l’Afrogameuse » qui combat sexisme et racisme dans le jeu vidéo

TOUT FEU TOUT FEMMES (2/3) A l’occasion de la journée des droits des femmes, « 20 Minutes » est allé à la rencontre de femmes engagées contre la précarité menstruelle, les discriminations, le sexisme mais aussi pour l’égalité des genres

L.P.
— 
« Afrogameuses », l'asso qui combat sexisme et racisme dans le jeu vidéo — 20 Minutes - TikTok
  • Dans tous les domaines du jeu vidéo, les femmes – et en particulier les femmes noires et racisées – souffrent d’un manque de représentation criant.
  • Jennifer Lufau a fait ce constat, qui l’a poussé à créer l’association Afrogameuses pour lutter contre le racisme et le sexisme dans l’industrie.
  • Forte de ses 300 adhérents, Afrogameuses compte mettre les femmes racisées du jeu vidéo en avant, qu’elles soient streameuses, employées de studio, ou simples joueuses. Découvrez le deuxième épisode de notre série « Tout feu tout femmes ».

Joueuse depuis son enfance, Jennifer Lufau a très rapidement fait un constat : celui de l’absence « de personnes qui lui ressemblent qui jouent ou qui sont représentées » dans le jeu vidéo. C’est pour pallier ce manque de femmes, en particulier noires et racisées, qu’elle a décidé de créer, en 2020, l’association Afrogameuses.

Celle-ci, ouverte à toutes et à tous, compte aujourd’hui près de 300 adhérents, venus de tous les secteurs de l’industrie : streaming, e-sport, studios… Afrogameuses compte, via la plateforme Twitch ou des évènements réguliers, mettre en avant des streameuses, joueuses et intervenantes qui ont pu parfois, comme Jennifer Lufau, se « sentir seules » dans le monde du jeu vidéo.

Le but ? Lutter contre les commentaires sexistes et racistes, extrêmement courants, et surtout améliorer la visibilité des gameuses afrodescendantes, notamment auprès des grands acteurs du gaming. Le 12 mars, à l’occasion de la Journée des droits des femmes, un live spécial de cinq heures sera ainsi organisé sur Twitch pour faire avancer la cause.