Agression d’Yvan Colonna : Des milliers de personnes manifestent à Corte, en Corse

SOUTIEN Après le blocage de l’université de Corte jeudi dernier et un rassemblement devant la préfecture d’Ajaccio, la mobilisation corse en soutien d’Yvan Colonna s’est poursuivi ce dimanche

20 Minutes avec AFP
— 
Des Corses se sont également réunis en soutien à Yvan Colonna devant la préfecture d'Ajaccio dans la nuit suivant son agression
Des Corses se sont également réunis en soutien à Yvan Colonna devant la préfecture d'Ajaccio dans la nuit suivant son agression — ANGELE RICCIARDI / AFP

Des milliers de personnes affluaient dimanche après-midi à Corte (Haute-Corse) pour une manifestation en soutien à Yvan Colonna, militant indépendantiste corse condamné pour l’assassinat du préfet Erignac, victime d'une agression en prison qui l’a laissé dans le coma.

A Corte, 4.200 personnes selon la préfecture, 15.000 selon les organisateurs, ont défilé derrière des banderoles « Gloire à toi Yvan » et « Etat français assassin », dénonçant la responsabilité des autorités dans l’agression qui a laissé dans le coma Yvan Colonna, condamné à perpétuité pour l’assassinat du préfet Claude Erignac en Corse.

Des incidents pendant la manifestation

La manifestation de dimanche a été initiée par des syndicats étudiants nationalistes, rejoints par l’ensemble des partis nationalistes de l’île. Le Syndicat des travailleurs corses (STC) appelle également ses sympathisants et membres à participer ainsi que les associations de défense des prisonniers corses. La Ligue des droits de l’Homme de Corse a annoncé dimanche sur Twitter participer à la manifestation : Dans une lettre publiée samedi, la famille du berger corse avait appelé à manifester « au-delà des cercles nationalistes ».

Des incidents ont éclaté en fin de manifestation, des groupes lançant projectiles et « bombes agricoles » (bombes artisanales) sur les forces de l’ordre massées pour protéger l’accès à la sous-préfecture. Ces dernières ont répliqué avec des canons à eau et des gaz lacrymogènes. Les pompiers ont dénombré 25 blessés parmi les manifestants dont 15 ont été transportés à l’hôpital. « Il n’y a pas de cas grave, pas de pronostic vital engagé, ce sont essentiellement des sutures et des blessures par éclat », a indiqué Christophe Hebert, médecin chef du Sdis de Haute-Corse. Vers 18h30, tous les manifestants s’étaient dispersés et les incidents étaient terminés.

Vers une mise en examen ?

Le Parquet national antiterroriste a annoncé dimanche qu’il allait requérir la mise en examen de l’agresseur d’Yvan Colonna, présenté comme un « djihadiste », qualifiant son crime de « terroriste ».

Sur Twitter, la sœur d’Yvan Colonna a réagi : « Piste djihadiste ? Avant toute enquête sérieuse et sur la seule foi des déclarations d’un mis en examen ? » Dans une déclaration transmise par son avocat, Me Patrice Spinosi, la famille d’Yvan Colonna a réclamé que « l’enquête mette en lumière les multiples dysfonctionnements administratifs qui ont conduit à ce drame ».