Précarité : De (trop) nombreux étudiants ont toujours besoin d’une aide alimentaire

CRISE Ce vendredi, Brut, partenaire de « 20 Minutes », rencontre une étudiante au budget très serré

20 Minutes avec Brut
— 
Distribution alimentaire de Co'p1 en novembre 2020
Distribution alimentaire de Co'p1 en novembre 2020 — Blumisme75 / Wikimedia CC BY-SA 4.0

À bientôt 27 ans, Élise se passerait bien de recourir à des organismes solidaires pour survivre. Et le verbe n'est pas trop fort tant la situation de cette étudiante en dernière année d’école de commerce est fragile : du fait d’un budget « très serré », elle est hébergée par une amie et ne dispose que « d’une centaine d’euros par mois » pour se nourrir.

« Ça fait un an et demi que les étudiants précaires galèrent »

Élise met donc son orgueil dans sa poche et va régulièrement s’approvisionner, à coût réduit et depuis plus d’un an, auprès d’une association proposant une distribution alimentaire. « On y trouve des produits variés et bio, en plus, apprécie-t-elle. Il y a aussi des produits d’hygiène et c’est très intéressant parce qu’ayant plus de 26 ans, je n’ai pas droit aux protections hygiéniques gratuites, par exemple ».

« Les gens pensent à tort qu’avec la reprise économique et l'arrêt des confinements, tout s’est réglé, déplore Dominique, responsable de la communication de l’association Linkee. Mais les étudiants dans une situation précaire, ça fait un an et demi qu’ils galèrent ! Au point qu’on en accueille 300 à 500 à chacune de nos distributions ». Accompagnez Élise à une distribution dans cette vidéo de notre partenaire Brut.