Guerre en Ukraine : Les élans de solidarité se multiplient dans toute la France

SOUTIEN Qu’ils viennent de responsables politiques ou associatifs, de pompiers, de boulangers ou d’autorités religieuses, de Lyon à Bordeaux, de Besançon à Nice, les appels aux dons et aux élans de solidarité s’organisent et se multiplient

Les rédactions locales de 20 Minutes
— 
Manifestations de soutiens aux Ukrainiens et appels aux dons de tout bords se multiplient, en France et en Europe
Manifestations de soutiens aux Ukrainiens et appels aux dons de tout bords se multiplient, en France et en Europe — Justin Picaud/SIPA
  • L’invasion russe en Ukraine a déclenché en France et dans le monde des élans de solidarité.
  • Les appels aux dons de médicaments, de vêtements ou de denrées alimentaires se multiplient.
  • Voici un tour d’horizon en bleu et jaune de ces initiatives.

La guerre en Ukraine déclenchée par la Russie soulève une vague de solidarité en France et Europe.  Des milliers de personnes ont défilé sur le continent pour dénoncer l’invasion russe et manifester leur crainte d’une guerre mondiale. En France, de Nice à Lorient et de Bordeaux à Besançon, autorités, associations ou particuliers ont lancé des appels aux dons afin d’acheminer de l'aide humanitaire aux Ukrainiens. Tour d’horizon (bleu et jaune) de ces initiatives.

À Nice, une collecte centralisée par la métropole

Médicaments, vêtements chauds, produits pour les très jeunes enfants, la métropole de Nice « a souhaité agir concrètement pour les populations civiles ». Une collecte de dons a ainsi été lancée dans les différentes communes de la métropole. Vingt-deux communes se sont jointes à l’appel pour collecter sur place les fournitures. Les dons seront ensuite centralisés par l’agence métropolitaine de sécurité sanitaire qui assurera l’acheminement de cet aide humanitaire.

À Bordeaux, Ukraine amitié cherche des médicaments et croule sous les vêtements

L’association Ukraine amitié, basée à Bordeaux , a lancé ce week-end un appel aux dons pour venir en aide aux Ukrainiens. Un premier camion est parti acheminer cette aide dimanche en milieu d’après-midi, a rapporté France 3. Mais cette association est actuellement débordée de fourniture vestimentaire, a-t-elle indiqué sur sa page Facebook. Elle précise désormais donner la priorité aux médicaments. Ces dons peuvent être déposés au 16 rue Jacques-Yves-Cousteau, à Villenave-d’Ornon.

À Lille, une liste d’habitants pour l’accueil de réfugiés, les pompiers s’organisent

La ville de Lille s’est portée volontaire pour héberger des réfugiés du conflit en Ukraine et appelle ses administrés désireux d’en faire autant à se manifester via une adresse mail dédiée (accueilukrainiens@mairie-lille.fr). Aussi, la municipalité préfère concentrer ses efforts sur une collecte financière, à « la demande des autorités ukrainiennes », précise-t-elle. Les dons peuvent être adressés par chèque à l’ordre de la Fondation de Lille Solidarité Ukraine.

À Villeneuve-d’Ascq, les pompiers du Groupe de secours catastrophe français récoltent les dons, indique France 3. La télévision publique rapporte que l’association a réuni en quelques heures à peine plus de 800 kg de médicaments auprès de leurs partenaires pharmaceutiques situés en région parisienne.

À Montpellier, la Maison des relations internationales en centre de collecte

Afin d’accompagner le mouvement de solidarité mondial qui s’organise, la ville de Montpellier « mettra à disposition la Maison des Relations internationales qui deviendra ainsi un lieu de collecte d’aides humanitaires, et un point d’information et d’accompagnement des ressortissants ukrainiens dans leur lien à l’Ambassade », a-t-elle indiqué. La municipalité prévoit également de proposer une délibération lors du prochain Conseil municipal, « afin d’apporter un soutien matériel et financier aux populations touchées et déplacées par le conflit. »

À Lyon, l’Église catholique prend les choses en main

La paroisse gréco-catholique ukrainienne Saint-Athanase de Lyon a organisé dès ce dimanche en partenariat avec l’association Lyon-Ukraine une collecte de dons destinés aux victimes du conflit, mentionne France 3. La mairie de la commune voisine de Pierre-Bénite a également lancé un appel à ses habitants, rapporte Le Progrès.

À Besançon, un boulanger sur le départ pour la frontière

Il avait déjà fait parler de lui lors d’une grève de la faim pour obtenir la régularisation de son apprenti sans titre de séjour. Stéphane Ravacley souhaite aujourd’hui organiser un convoi de plusieurs véhicules à destination de la frontière polono-ukrainienne pour acheminer des fournitures. Il espère pouvoir partir mercredi et indique que sa boulangerie, située 11, rue de la Rivotte, à Besançon, sert de point de collecte.

À Marseille, des dons à apporter à l’hôtel de ville

« Marseille, ville fraternelle, s’est faite par l’accueil des populations étrangères », a rappelé la ville dans un communiqué encourageant les Marseillais à traduire « en actes » et « engagements » les élans de solidarité. Un appel aux dons à déposer à l’hôtel de ville a été émis. Couvertures, tentes, lits de camp, piles, bougies et produits alimentaires secs sont les bienvenus, mais pas les médicaments, qui seront collectés par les hôpitaux de Marseille, ni les vêtements. L’aide sera réceptionnée, stockée et acheminée par les services municipaux (marins-pompiers, Samu social) en coordination avec l’hôpital public.

Strasbourg une aide financière aux associations qui organisent les collectes

En attendant les instructions nationales et européennes, la ville de Strasbourg  a prévu une aide financière aux associations « les plus à même de collecter les dons des particuliers et professionnels ». La municipalité se prépare également « à accueillir ceux qui fuient la guerre. L’identification des solutions d’hébergement, notamment les structures collectives, est en cours », a-t-elle précisé.

En région toulousaine, les associations sur le pont

En Haute-Garonne, les collectes de vêtements et autres produits de première nécessité sont centralisées par la page Facebook de « Collecte Ukraine ». Leur camion passera par exemple demain mardi à Carbonne (16h/18h) au collège, et mercredi sur le parking du carrefour d’Auterive aux mêmes horaires. Par ailleurs l'Alliance Occitanie Ukraine, dans les Pyrénées-Orientales, collecte du matériel médical pour les hôpitaux et les centres de soins.

En Bretagne, un collectif pour centraliser les possibilités d'hébergements

Le collectif Bretagne-Ukraine-solidarité s'organise pour collecter et centraliser les possibilités d'hébergements. La plateforme invite les personnes désireuses d'aider à se manifester auprès d'elle. Un rendez-vous avec la mairie de Rennes doit avoir lieu ce lundi dans l'après-midi afin de préparer au mieux ces élans de solidarité.