Filière Staps : Le ministère débloque 5 millions d’euros pour la rentrée 2022

COUP DE POUCE Depuis deux ans, le mouvement #StapsOubliés, lancé pour mettre en évidence les nombreuses problématiques de la filière Staps, s’était propagé sur les réseaux sociaux

C.Poh avec AFP
— 
Lors d’une manifestation des Staps, à Paris, le 13 octobre 2021.
Lors d’une manifestation des Staps, à Paris, le 13 octobre 2021. — SEVGI/SIPA

Une bonne nouvelle pour les sportifs. Le ministère de l’Enseignement supérieur a annoncé ce lundi débloquer pour la rentrée de septembre 5 millions d’euros pour la filière Staps (sciences et techniques des activités physiques et sportives), « dans le cadre du dialogue stratégique de gestion 2022 ».

« Les établissements ayant déposé un projet bénéficieront d’un à trois postes supplémentaires, écrit le ministère dans un communiqué. Au plan national, ce sont 80 postes supplémentaires dans les filières Staps qui vont être financés pour la rentrée universitaire prochaine », poursuit le ministère, se félicitant « d’un accompagnement exceptionnel, dépassant l’engagement initial des 3 millions d’euros, qui s’ajoute aux financements de places supplémentaires déjà mis en œuvre depuis 2017 ».

Une réponse au mouvement #StapsOubliés

Depuis deux ans, le mouvement #StapsOubliés, lancé pour mettre en évidence les nombreuses problématiques de la filière Staps, s’est propagé sur les réseaux sociaux. En septembre, plusieurs filières Staps, comme celles de Rennes-2, n’ont pas pu faire leur rentrée à temps en raison du faible taux d’encadrement.

Dans un communiqué commun, l’association d’étudiants Anestaps et la conférence des directeurs et doyens C3D Staps ont salué « cette réussite, résultat d’une forte mobilisation de la communauté Staps et d’un dialogue constructif entre ses représentants, le cabinet de la ministre et la direction générale de l’enseignement supérieur et de l’insertion professionnelle ». Toutefois, pour Anne Roger, secrétaire générale du syndicat Snesup-FSU, « cette enveloppe de 5 millions est un début de réponse, qui sera cependant insuffisant pour la rentrée de septembre prochain ».