Le Mans : Des agriculteurs envahissent le centre-ville pour obtenir de meilleurs prix

MANIFESTATION Des négociations sont en cours entre industriels, grande distribution et agriculteurs. Ces derniers reprochent aux deux autres de ne pas les rémunérer correctement

20 Minutes avec AFP
Des agriculteurs ont mis le feu devant la préfecture, au Mans le 15 février 2022.
Des agriculteurs ont mis le feu devant la préfecture, au Mans le 15 février 2022. — AFP

La colère monte dans le monde agricole. Environ 200 agriculteurs et une cinquantaine de tracteurs ont envahi mardi soir le centre du Mans avec la volonté d’obtenir de meilleurs prix dans les négociations en cours avec les industriels et les  grandes surfaces. Celles-ci doivent s’achever à la fin du mois.

Devant la préfecture, les agriculteurs, réunis à l’appel de la Fédération départementale des syndicats d’exploitants agricoles (FDSEA) et des Jeunes Agriculteurs (JA), ont déversé le contenu de plusieurs remorques remplies de déchets, qu’ils ont recouvert de paille avant d’y mettre le feu. Après le centre-ville, les manifestants devaient se rendre plus tard dans la soirée devant plusieurs grandes surfaces de l’agglomération et y déverser au fur et à mesure le reste de leurs détritus en signe de protestation face à la tournure prise, selon eux, par les négociations.

Des coûts de production en augmentation

Les JA de la Sarthe attendent « que l’Etat prenne ses responsabilités pour que les négociations commerciales se déroulent dans de bonnes conditions. Des contrôles doivent être réalisés d’urgence et les pratiques contraires à la loi EGalim 2 doivent être sanctionnées », ont fait savoir les syndicats agricoles.

Adoptée en 2018, cette loi est issue des États généraux de l’alimentation lancés en 2017. Elle vise plusieurs objectifs dont celui de rémunérer correctement les producteurs. Or, ces derniers considèrent que cet objectif n’est pas atteint car leurs coûts de production, qui ont nettement augmenté depuis la crise sanitaire, ne sont souvent pas couverts par le prix auquel les industriels achètent leur production.