Alsace : Un garage a choisi la route de la solidarité et de l’entraide

ROUE DE SECOURS Si les automobilistes qui connaissent quelques problèmes mécaniques parcourent plus de 100 km pour se rendre à Adrénaline Ateliers Solidaires à Ungersheim (Haut-Rhin), ce n’est pas pour rien, là ils trouvent de quoi réparer leur véhicule et une équipe de bénévoles pour les aider

Gilles Varela
— 
Paul dans l'atelier Adrénaline Ateliers Solidaires à Ungersheim le 12 février 2022.
Paul dans l'atelier Adrénaline Ateliers Solidaires à Ungersheim le 12 février 2022. — G. Varela / 20 Minutes

Au premier coup d’œil, ce n’est pas l’atelier de mécanique en lui-même qui frappe. Perdu au détour d’un petit village alsacien, précisément à Ungersheim dans le  Haut-Rhin, le garage niché en bordure de champs n’a rien de particulier. Non ce qui frappe, c’est qu’une fois la porte poussée, on se sent tout de suite en confiance et même épris d’une envie soudaine de tenir une clé de 13 et de se lancer dans la mécanique. Avec ce sentiment étrange de visiter le monde d’avant,  celui des voitures, des moteurs thermiques. Un côté « vintage », tout comme le nom de l’association qui dirige cet atelier de mécanique :   Adrénaline Ateliers Solidaires.

Un nom qui sent l’amour des vapeurs d’essence et sonne comme Alpine, Aston Martin… Mais pas seulement, et même rarement. Car ici, c’est la voiture de Monsieur Tout-le-monde qui est sur les des deux ponts de l’association. Des petites citadines, des voitures familiales, généralement hors garantie constructeur, avec pas mal de kilomètres au compteur. Peu importe, les bénévoles qui accompagnent les adhérents lors d’une petite réparation ou l’entretien d’un véhicule ont la transmission dans le sang et surtout l’envie « d’aider », « d’accompagner », « d’échanger ».

Faire des économies et apprendre

Cette association à but non lucratif permet à tous, quels que soient ses revenus, de disposer d’un local mais aussi de l’outillage pour effectuer soi-même toutes les petites opérations de mécanique et d’entretien de son véhicule. Basé sur le principe des garages solidaires et des selfs garage, il a pour grande différence de n’avoir aucun salarié. Que des bénévoles avec pour certains de très bonnes connaissances en mécanique qui vous conseillent et vous prêtent main-forte. Mais c’est à l’adhérent de tout faire. Et ces derniers, qu’ils soient novices ou pas, conductrices ou conducteurs, afflux de plus de 100 kilomètres à la ronde. De Strasbourg, de Montbéliard…

« Beaucoup viennent bien sûr pour faire des économies face à la baisse du pouvoir d’achat », explique le président de l’association Stéphane Vollmer. Des économies pouvant aller, poursuit le président, jusqu’à plus de 50 % du prix pratiqué dans un garage classique. Mais l’intérêt de l’association est ailleurs. L’esprit d’Adrénaline Ateliers Solidaires, « c’est l’échange, l’entraide », insiste Stéphane Vollmer. Et pour « la grosse mécanique », à moins d’être soi-même un expert, il préconise de se rendre dans certains garages professionnels du secteur avec qui il a négocié des prix pour les membres. « Le principe est d’utiliser les connaissances des adhérents, qui peuvent vous conseiller quand ils le peuvent, souligne Stéphane Vollmer. Mais il y en a toujours un qui vous accompagne pendant que vous effectuez votre réparation. Il n’y a plus beaucoup d’entraide comme avant », déplore le président.

Ce jour-là, c’est Cédric qui s’y colle. Trentenaire, avec une solide expérience d’amateur et un diplôme en mécanique, il dit continuer à apprendre en échangeant avec les adhérents qu’il aide, selon les modèles de voitures qui se présentent. Il assure très régulièrement la permanence. Doucement, calmement, il conseille Paul, jeune ingénieur de 25 ans qui « n’y connaît rien mais aime savoir comment les choses fonctionnent » . Le jeune homme est venu changer ses plaquettes de frein et les disques de sa vielle Peugeot 308 d’occasion. « C’est surtout pour apprendre que je suis venu, ça m’intéresse, de savoir que je peux le faire », sourit le jeune homme.

Paul dans l'atelier Adrénaline Ateliers Solidaires à Ungersheim le 12 février 2022.
Paul dans l'atelier Adrénaline Ateliers Solidaires à Ungersheim le 12 février 2022. - G. Varela / 20 Minutes

Apprendre, transmettre tout en apprenant soi-même, s’entraider, des notions qui tracent la route de l’association. D’ailleurs, le prix est largement adapté à toutes les boîtes à gants. De 40 euros à 100 euros d’inscription annuelle, puis à partir de 10 euros de l’heure pour l’atelier, en fonction des ressources. Du matériel spécifique comme un vérin de fosse ou une presse hydraulique et bien d’autres matériels professionnels sont en location, à petits prix. Déjà, le garage compte une cinquantaine d’adhérents. « Et plus il y en aura, plus on pourra investir dans du matériel », sourit son président.