Zidane à Marseille : De retour chez lui à la Castellane, Zizou prié « de ne pas aller au PSG »

A DOMICILE Zinédine Zidane est venu, ce vendredi, dans le quartier de son enfance, à la Castellane à Marseille. Les habitants sont venus nombreux pour le voir, et lui demander de ne pas signer au PSG

Adrien Max
— 
Zinedine Zidane, lors de son passage à la Castellane à Marseille.
Zinedine Zidane, lors de son passage à la Castellane à Marseille. — Clément Mahoudeau / AFP
  • Zinédine Zidane inaugurait ce vendredi matin une maison médicale digitale afin de faciliter l’accès aux soins des 7.000 habitants de la Castellane, quartier de Marseille où il est né.
  • Plusieurs dizaines d’habitants se sont pressées pour une photo ou un autographe avec l’enfant prodigue du quartier.
  • L’occasion aussi pour certains de rappeler à ZZ de ne pas signer au PSG ce qui « écorcherait son image »

« Maman, prend la photo​ moi je ne peux pas il y a trop de monde ! » Comme des dizaines de personnes, cette petite fille est venue ce vendredi matin au pied d’une tour de la cité de la Castellane, dans le 15e arrondissement de Marseille, pour admirer l’idole de tout un quartier, d’une ville, et même d’un pays :   Zinédine Zidane. Mais devant cette foule des très grands jours, aucune chance pour elle, du haut de son mètre quarante, d’immortaliser cet instant aussi rare que précieux. Sa maman, restée dans les étages de cette tour, est finalement la mieux placée pour tenter de photographier l’idole.

L’enfant prodigue est de retour dans son quartier pour un projet qui lui tient à cœur : l’inauguration d’une maison médicale digitale pour faciliter l’accès au soin des 7.000 habitants de ce quartier qui ont perdu leur dernier médecin généraliste il y a deux ans déjà. Au point de prononcer un discours, lui qui n’en « a pas l’habitude, mais on s’en fout ». « Je suis de la Castellane, j’ai grandi ici avec mes parents. Je l’aime, même si les choses ont changé. Notre cœur est toujours là, même si on est parti. Ce projet fantastique va permettre d’améliorer la vie des gens et la vie de ce quartier et c’est le plus important. » Il poursuit :

 Ce n’est pas possible de laisser se creuser les inégalités dans l’accès aux soins. J’espère que ce dispositif pourra se déployer dans tous les quartiers qui en ont besoin. »
 

Un projet ô combien important pour ces territoires trop souvent oubliés. Mais si les caméras et les habitant sont là, c’est bien pour « le plus grand footballeur de tous les temps ». Certains s’empressent de donner un téléphone à deux jeunes, les mieux placés, grâce aux branches d’un arbre, et des mamans demandent aux journalistes de faire une photo ou une vidéo pour leurs réseaux sociaux.

«Ça rassure de voir qu’il ne nous oublie pas»

« Filme », demande Hayden à son neveu perché sur ses épaules. « Mais j’ai peur tonton », lui rétorque le petit qui préfère s’agripper à ses épaules. « On est là parce que c’est Zidane, c’est l’idole de Marseille. C’est incroyable de le voir, c’est la première fois de ma vie. Ça fait trop du bien, c’est trop une joie. J’ai pu filmer, le prendre en photo, il ne me manque plus qu’une dédicace pour mon neveu », se réjouit le jeune homme de 29 ans, venu en famille.

A chacun sa technique pour prendre en photo Zinedine Zidane.
A chacun sa technique pour prendre en photo Zinedine Zidane. - Adrien Max / 20 Minutes

« Je l’ai déjà vu deux ou trois fois quand j’étais petit. Je ne suis pas quelqu’un qui court derrière l’histoire, mais franchement je suis trop content. Il est connu dans le monde entier, et ça rassure de voir qu’il ne nous oublie pas. Grâce à lui, c’est une fierté de dire qu’on vient de la Castellane comme Zidane », abonde Azed, 22 ans.

Une fois les discours finis, il a fallu repousser les dizaines de personnes en attente d’une photo ou d’un autographe pour enfin pouvoir dévoiler la plaque inaugurale de la maison médicale. Quelques minutes plus tard, ce sont les grands frères de la cité qui ont cadré le moulon [le regroupement pour les non-amateurs de Motchus] pour une séance d’autographes improvisée. C’est à ce moment que certains habitants en ont profité lui faire une gentille piqûre de rappel. « Faut pas qu’il aille à Paris », lance un jeune.

Depuis quelques semaines, les rumeurs l’envoient sur le banc du club parisien pour la prochaine saison. « On lui a dit de ne pas aller au PSG. Franchement, il ne faudrait pas, ça écorcherait son image. Mais franchement il est abordable, j’ai pu faire une photo et avoir un autographe », souligne Ahmed, 33 ans. Et Hayden d’abonder : « S’il va à Paris, ça ferait trop mal au cœur. Ça me ferait grave chier. » Azed, le plus jeune, ne « lui en voudrait pas. Tu peux le comprendre, il a ses raisons ». Une question d’âge sûrement.