Ski : Avec le manque de neige en station, les secouristes alertent « sur les risques en dehors des pistes »

MONTAGNE Les professionnels en station rappellent les règles de prévention pour éviter les accidents de ski, en cette période de vacances scolaires et de pistes fréquentées

Elise Martin
Deux tiers des pistes sont ouvertes à Auron, ce qui fait qu'il y a plus de concentration de flux sur moins de superficie (Illustration)
Deux tiers des pistes sont ouvertes à Auron, ce qui fait qu'il y a plus de concentration de flux sur moins de superficie (Illustration) — Syspeo / Sipa
  • Les remontées mécaniques sont de nouveau ouvertes cette saison, certaines pistes sont fermées à cause du manque de neige, des facteurs qui demandent aux skieurs d’être prudents pour éviter les accidents.
  • Malgré cette situation, l’accidentologie n’a pas augmenté par rapport à d’autres années dans les stations des Alpes-Maritimes, d’après les secouristes des domaines.
  • Les responsables rappellent tout de même les règles du « bon skieur » pour passer « les meilleures vacances possibles ».

Le mois de janvier a enregistré un record en termes d’ensoleillement dans les Alpes-Maritimes. Bonne nouvelle pour les habitants de la Côte, moins bonne pour les stations. « S’il ne pleut pas, il ne peut pas neiger »,  rappelait Marie-France Delansorne, la responsable de Météo-France à Nice, au début du mois de février. Ainsi, dans la  station de ski d’Isola 2000, la neige n’est pas tombée depuis début décembre et seulement 45 % des pistes sont actuellement ouvertes. A Auron, un domaine voisin qui est l’un des plus grands du département, ce sont deux tiers des pistes qui restent praticables.

En pleine période de vacances scolaires, cette situation concentre le flux de personnes sur une superficie plus petite, ce qui accentue le risque d’accidents. Mais pour Frédéric Gil, directeur du domaine skiable d’Auron, « la particularité de cette saison, c’est surtout qu’aux abords des pistes, il n’y a pas de neige de culture, pas de matelas neigeux. Donc si on en sort, on peut percuter des rochers. »

De la prévention au quotidien

C’est ce qui s’est passé avec un jeune de 17 ans la semaine dernière. David Fulconis, responsable de l’exploitation des pistes et de la sécurité à Auron, développe : « Il est arrivé à une grande vitesse et a fait sûrement une faute de ski ce qui l’a entraîné en dehors des pistes, qui ne sont pas enneigées. » Il a dû être héliporté à l’hôpital Lenval, grièvement blessé.

Même s’il y a une signalétique adaptée, du balisage et des affiches à des endroits stratégiques depuis l’ouverture, il est nécessaire de rester prudent. Avec son équipe de 24 pisteurs secouristes, David Fulconis fait aussi « de la prévention au quotidien lors de patrouilles sur les pistes ». « Il n’y a pas que la vitesse, il faut aussi faire attention aux endroits où on s’arrête, faire attention au skieur aval et éviter de sortir des pistes », prévient-il. Le directeur d’Auron ajoute : « il faut s’assurer d’être bien équipé, qu’on soit sur la bonne piste pour son niveau et évidemment, même s’il n’est pas obligatoire, porter un casque. On partage un message de prudence parce que tout le monde veut passer un bon moment après une saison sans remontée mécanique. »

Des animations pour plus de prévention

Même conseils dans la station d’Isola 2000. Plusieurs moments dans la saison sont d’ailleurs consacrés à la prévention, surtout lors des périodes scolaires. « Tous les samedis matin, on organise un pot d’accueil et un atelier animé par les pisteurs qui font de la sensibilisation et des démonstrations, explique Lionel Fernandez, le responsable de l’Office du tourisme. Et les vendredis matin, on propose un temps d’échange à 8h30, avec les pisteurs pour ouvrir le domaine et apprendre davantage sur leur métier. »

En plus de ces ateliers, l’Office du tourisme, avec Xavier Cousseau, recordman du monde en monoski, programme à chaque grosse période de fréquentation, la privatisation d’une piste bleue. « Les personnes qui descendent voient leur vitesse s’afficher leur vitesse sur un tableau numérique, détaille Lionel Fernandez. Cette initiative a aussi une visée de prévention sur la nécessité de porter un casque. Quand le skieur voit qu’il a pris 90 km/h en 200 m et que dans des vraies conditions, il peut être entouré de 5.000 skieurs, il a une prise de conscience pour le reste de sa pratique. »

« Pas plus d’accidentologie que les autres années »

« Avec l’actualité de La Rozière, ça met les choses en exergue », lance Lionel Fernandez. Le décès de Gaspard Ulliel mais aussi les accidents du week-end dernier à Auron ont mis « un éclairage supplémentaire sur la prévention », ajoute le responsable de l’Office du tourisme d’Isola 2000 sans remarquer « plus d’accidents que d’habitude ».

Frédéric Gil conclut : « Depuis le début de la saison, nous sommes intervenus à 180 reprises, ce qui est relativement similaire aux autres années. Et la plupart du temps, les interventions ne nécessitent pas d’urgence. »