Education nationale : Près de la moitié des directeurs d’école primaire insultés en 2021

INJURES 10% des directeurs rapportent avoir été bousculés et 5% frappés

D.R.
Les enfants sont rarement à l'origine des violences subies. (PHOTO D'ILLUSTRATION)
Les enfants sont rarement à l'origine des violences subies. (PHOTO D'ILLUSTRATION) — SYSPEO/SIPA

La violence saute le portail de l’école primaire et les premiers fautifs sont les parents. D’après une étude indépendante, relayée par  France Info ce jeudi, 44 % des directeurs d’école primaire ont subi des insultes en 2021. Et dans l’immense majorité des cas, les fautifs ne peuvent pas se cacher derrière leur âge car il s’agit de parents d’enfants scolarisés dans l’école.

La Fédération des délégués départementaux de l’Education nationale, qui a réalisé l’étude, a interrogé plus de 3.000 directeurs d’école. Et le constat est amer. Car au-delà de l’usage de « gros mots », un sondé sur dix rapporte avoir été bousculé et 5 % avoir été victimes de coups.

Violence en ligne et laïcité

Un tiers des directeurs interrogés estiment que la violence est en augmentation. Ils rapportent une hausse des différends avec les parents d’élèves sur les résultats scolaires, les punitions ou les bagarres entre enfants. De quoi épuiser le personnel des écoles, déjà fortement impacté par la crise sanitaire.

De nouveaux sujets de tensions ont aussi émergé. Les fonctionnaires de l’Education nationale notent une hausse des questions de cyberviolences et des conflits relatifs à la  laïcité. D’après l’étude, une école sur trois a dû régler des problèmes d’emploi du temps ou d’enseignement vis-à-vis de croyances religieuses.