Sécurité routière : 2.947 morts en 2021 en métropole

ACCIDENT Le bilan est en hausse par rapport à 2020, marqué par les deux confinements, mais en baisse par rapport à 2019, année avant l’épidémie

20 Minutes avec AFP
— 
La barre des 3.000 morts n'est pas franchie pour la seconde année consécutive
La barre des 3.000 morts n'est pas franchie pour la seconde année consécutive — PHILIPPE DESMAZES / AFP

Un total de 2.947 personnes sont mortes sur  les routes de France métropolitaine en 2021, un bilan en baisse de 9 % par rapport à 2019, avant la pandémie, a annoncé ce lundi  la Sécurité routière dans un communiqué. En 2020, 2.550 personnes avaient perdu la vie, ce qui correspondait au plus bas niveau depuis l’après-Guerre, sous l’effet de la réduction de la circulation causée par  la crise sanitaire.

En 2021, le nombre de morts reste sous la barre symbolique des 3.000. Mais « le trafic routier semble avoir retrouvé en 2021 un niveau proche de celui d’avant crise » et, pour la première fois depuis 20 ans, le nombre de cyclistes tués a dépassé les 200 et le nombre d’utilisateurs de trottinettes électriques décédés (22) a plus que doublé par rapport à 2019.

Mortalité routière en baisse pour les automobilistes

Dans son bilan provisoire publié ce lundi, l’Observatoire national interministériel de la Sécurité routière (ONISR) souligne que le couvre-feu instauré en 2021 et la fermeture des discothèques au premier semestre entre autres « ont pu limiter les déplacements notamment festifs de nuit ». Le télétravail a pu aussi « influer sur l’exposition au risque ».

La mortalité routière est en baisse en 2021 pour les automobilistes (1.411 tués) de même que pour les utilisateurs de deux-roues motorisés (670 décès). Le bilan est en revanche moins positif du côté des cyclistes. Leur mortalité sur les routes a fortement augmenté avec 226 personnes décédées en 2021 (soit 39 de plus qu’en 2019, 48 de plus qu’en 2020).

Des nouvelles mobilités qui se dégagent… même dans les décès

« Cette hausse est davantage marquée hors agglomération (+35 % en 2021 par rapport à deux ans auparavant) où les vitesses élevées des usagers motorisés rendent les cyclistes plus vulnérables », note l’ONISR. Ces chiffres s’expliquent en partie par l’engouement autour du vélo enregistré depuis la pandémie en France.

Selon des chiffres publiés début janvier par Vélos & Territoires, la fréquentation cyclable 2021 a suivi la tendance amorcée en 2020 avec une hausse en milieu urbain de 31 % des passages enregistrés par rapport à 2019. Autre particularité notée par la Sécurité routière et signe d’une évolution des modes de transport : la mortalité des utilisateurs de trottinettes électriques est en forte hausse avec 22 décès enregistrés l’an dernier, contre 10 en 2019 et sept en 2020.

Dans les territoires ultramarins, 296 personnes sont mortes sur les routes, un bilan en hausse de 8 % par rapport à 2019. Dans le détail, 182 personnes ont été tuées dans les départements d’Outre-mer, 92 dans les collectivités d’Outre-mer et en Nouvelle Calédonie.