Thonon-les-Bains : Le maire refuse d’inscrire le prénom d’usage d’une transgenre sur sa tombe

CONFLIT Christophe Arminjon a affirmé s’y opposer pour des raisons juridiques, tandis que l’avocate de la famille a estimé qu’il s’agissait de transphobie

20 Minutes avec agence
— 
La famille de la défunte veut pouvoir écrire son prénom sur sa plaque funéraire.
La famille de la défunte veut pouvoir écrire son prénom sur sa plaque funéraire. — Ju-dit / Pixabay

Un conflit oppose actuellement Christophe Arminjon, le maire (DVD) de Thonon-les-Bains (Haute-Savoie), et la famille de Manon, une défunte  transgenre, rapporte  Mediapart. Le maire s’oppose à faire inscrire son nom d’usage féminin sur sa plaque au  cimetière. La défunte n’avait en effet jamais fait les démarches pour officialiser son changement de prénom.

Conflit autour de la loi

Selon lui, ce sont donc des raisons juridiques qui l’empêchent de répondre favorablement à la demande de la famille de Manon. « Des prétextes » selon Maître Magaly Lhotel, l’avocate de la famille, qui a estimé que rien dans la loi n’imposait l’inscription du prénom officiel sur la plaque de commémoration.

Se défendant de toute transphobie, le maire avait alors proposé d’inscrire les deux prénoms, ce qu’a refusé la famille. De son côté, la préfecture de Haute-Savoie avait indiqué au maire en octobre dernier que la loi lui autorisait à faire inscrire le prénom d’usage sur la plaque. Face à la non-réponse du maire, l’avocate de la famille a décidé de saisir le défenseur des droits.