Toulouse : Une mission d’inspection à l’hôpital psychiatrique Marchant après l’évasion de deux patients dangereux en quelques jours

ENQUETE Après l’évasion de deux patients dangereux de l’Hôpital-Marchant de Toulouse, l'agence régionale de Santé a lancé une mission d’inspection dans l’établissement psychiatrique

Hélène Menal
— 
L'hôpital psychiatrique Gérard-Marchant de Toulouse.
L'hôpital psychiatrique Gérard-Marchant de Toulouse. — CH Marchant
  • L’hôpital psychiatrique Marchant de Toulouse a été le théâtre de deux fugues de patients dangereux en l’espace de cinq jours, dont un a débouché sur la tentative de meurtre d’une septuagénaire.
  • Il va subir une inspection diligentée par l’agence régionale de Santé ;

Loi des séries ou problème d’organisation plus profond et plus inquiétant ? Après que deux patients à la dangerosité avérée ont faussé compagnie, coup sur coup, aux soignants de  l'hôpital psychiatrique Gérard-Marchant, à Toulouse, l’agence régionale de Santé  (ARS) d’Occitanie prend les choses en main.

La première « fugue » – celle de Jérémy Rimbaud aussi appelé le « Cannibale des Pyrénées » pour avoir tué un agriculteur en 2013 puis avoir cuisiné et mangé son cœur et sa langue – a eu lieu le mercredi 19 janvier et s’est terminée de façon dramatique. Le patient, déclaré pénalement irresponsable dans la première affaire, a violemment agressé une septuagénaire au centre-ville de Toulouse. L’ARS indique qu’après ce premier coup de théâtre, elle a demandé « en fin de semaine dernière à la direction de cet hôpital l’ouverture d’une enquête administrative et la transmission d’un rapport sur les circonstances de cet événement ».

« Droits des patients »

La deuxième « évasion » a eu lieu ce dimanche. Un patient de 48 ans également auteur d’un homicide s’est promené plusieurs heures en toute liberté avant d’être retrouvé. Cette fois l’ARS a carrément diligenté « une mission d’inspection sur site ». Elle est désormais dans l’attente des conclusions de ces enquêtes.

Jeudi, l’hôpital Gérard-Marchant a assuré de sa « compassion » la septuagénaire blessée à coups de bâton par Jérémy Rimbaud. Ce mardi, il explique dans un communiqué qu’il apportera « toute sa contribution à l’enquête ». Sans livrer d’information circonstanciée sur les deux fugues, la direction précise que les prises en charge de ses patients « doivent s’exercer dans le respect des règles de la pratique médicale, avec le souci permanent de concilier les enjeux de sécurité et les droits des patients ».