Nice : Une enquête ouverte après une agression sexuelle et un viol aux abords de la faculté de droit

VIOLENCES En une semaine, le Bureau des étudiants de droit a reçu plusieurs témoignages de victimes

Elise Martin
— 
La faculté de droit à Nice (Illustration)
La faculté de droit à Nice (Illustration) — Capture d'écran Google maps
  • A Nice, près du campus Trotabas, une étudiante a été agressée sexuellement dans la rue et a décidé de porter plainte la semaine dernière.
  • Après avoir posté des messages de prévention, le Bureau des étudiants de la fac de droit a appris que plusieurs personnes avaient subi d’autres violences aux abords de l’université et notamment, dans la résidence universitaire près du campus.
  • La police nationale a été saisie et une enquête est en cours.

« En quatre années d’étude ici, c’est la première fois que j’entends parler de tels actes dans ce coin », lance Rayan Gosselet, président du Bureau des étudiants (BDE) de la faculté de droit à  Nice. La semaine dernière, il a appris sur les réseaux sociaux qu’une étudiante s’était fait  agresser sexuellement en se rendant chez son petit ami, près du campus Trotabas.

« Elle venait de la fac de lettres, elle remontait l’avenue, un homme est passé et lui a attrapé la poitrine, poursuit l’étudiant en deuxième année. Elle est allée alors porter plainte sur les conseils de son copain. » Après avoir pris connaissance de ces informations, le BDE a publié plusieurs messages de prévention à l’attention des étudiants sur les groupes de promotions. « Quelques jours plus tard, on apprenait d’autres cas d’agressions, d’un vol de portable à un viol, au sein de la résidence universitaire les Collinettes, juste à côté de l’université », précise le président du BDE.

Une enquête en cours

A la suite de ces événements, « le doyen de la fac a pris des mesures, indique l’étudiant. Une réunion de sensibilisation aura lieu jeudi avec les élèves, et il a également demandé à ce qu’il y ait davantage de patrouilles de police dans ce périmètre. » La requête a été appuyée par l’université Côte d’Azur (UCA) qui, une fois avertie, a « immédiatement saisi la police nationale et a été informée qu’une enquête était en cours pour déterminer le contexte et le nombre d’agressions », a fait savoir l’institution à 20 Minutes. A ce stade de l’enquête, les faits concerneraient « deux victimes », a indiqué le procureur de la République de Nice.

« Vous n’avez pas à vivre ça, ce n’est pas votre faute, il n’avait pas le droit, rappelle le collectif NousToutes06, qui lutte contre les violences sexistes et sexuelles, en s’adressant aux victimes de ces agressions. On est avec elles de tout cœur. Il ne faut pas hésiter à appeler le 3919 pour des conseils et du soutien. » Afin d’être directement redirigée vers une association locale, leurs messages sont ouverts sur leur compte Instagram et  Facebook. L’UCA précise que la cellule d’écoute violences sexistes et sexuelles est à disposition pour apporter un soutien psychologique et un accompagnement aux étudiantes.