Affaire Delphine Jubillar : En cette deuxième semaine de fouilles, une pelle mécanique déblaye le terrain

ENQUETE Les fouilles ont débuté il y a une semaine non loin du domicile du couple Jubillar, à Cagnac-les-Mines

20 Minutes avec AFP
— 
Les fouilles se poursuivent non loin du domicile des Jubillar pour tenter de retrouver le corps de l'infirmière disparue depuis décembre 2020.
Les fouilles se poursuivent non loin du domicile des Jubillar pour tenter de retrouver le corps de l'infirmière disparue depuis décembre 2020. — Fred Scheiber / AFP

Une semaine après le début d’une vaste campagne de fouilles pour tenter de retrouver le corps de  Delphine Jubillar, les enquêteurs et leurs renforts sont toujours à pied d’œuvre. Après avoir élagué les arbres, les militaires et gendarmes ont sorti ce lundi la pelle mécanique pour sonder le sol d’une zone située à  Cagnac-les-Mines, dans le Tarn, non loin du domicile du couple, d’où la jeune femme a disparu dans la nuit du 15 au 16 décembre 2020.

Ils se focalisent toujours près du chemin de Drignac, près de la ferme brûlée où Cédric Jubillar aurait confié à un codétenu avoir dissimulé le corps de son épouse.

Alors qu’une partie d’un tronçon de ce chemin est en train d’être déblayée par une pelle mécanique, des militaires sondent le sol avec des détecteurs de métaux dans des zones délimitées par des balises jaunes.

Une centaine de personnes mobilisée

« Pour le moment, rien de nouveau, c’est toujours le même périmètre et les mêmes moyens qui sont mis en œuvre » depuis une semaine, a expliqué à l’AFP une source proche de l’enquête.

Une centaine de personnes reste mobilisée pour ces fouilles, notamment des membres de l’unité Fouille opérationnelle spécialisée (FOS) du 17e Régiment du génie parachutiste de Montauban et des experts scientifiques de l’Institut de recherche criminelle de la gendarmerie nationale (IRCGN).