Migrants : 52.000 personnes ont tenté de traverser la Manche vers la Grande-Bretagne en 2021

REFUGIES Environ 28.000 d’entre eux ont réussi à passer côté anglais

M.F avec AFP
— 
Des gilets de sauvetage, des sacs de couchage et un petit bateau gonflable endommagé sont photographiés sur le rivage à Wimereux, dans le nord de la France, le vendredi 26 novembre 2021 à Calais, dans le nord de la France. Des enfants et des femmes enceintes figuraient parmi au moins 27 migrants décédés lorsque leur petit bateau a coulé lors d'une tentative de traversée de la Manche, a déclaré jeudi un responsable du gouvernement français.
Des gilets de sauvetage, des sacs de couchage et un petit bateau gonflable endommagé sont photographiés sur le rivage à Wimereux, dans le nord de la France, le vendredi 26 novembre 2021 à Calais, dans le nord de la France. Des enfants et des femmes enceintes figuraient parmi au moins 27 migrants décédés lorsque leur petit bateau a coulé lors d'une tentative de traversée de la Manche, a déclaré jeudi un responsable du gouvernement français. — Rafael Yaghobzadeh/AP/SIPA

Les chiffres de l’immigration pour l’année 2021 en France sont tombés. Alors que Paris et Londres s’écharpent sur le dossier migratoire, qui a éclaté au grand jour avec le  naufrage de 27 migrants dans la Manche en novembre, le ministère de l’Intérieur a indiqué que, sur l’année passée, 52.000 migrants avaient tenté la traversée vers la Grande-Bretagne. Il précise que  28.000 d’entre eux ont réussi à passer côté anglais.

Autre chiffre, celui de 104.000, qui correspond aux premières demandes d’asile enregistrées en France en 2021. Une hausse de 28,3 % par rapport à l’année précédente qui s’explique en partie par les opérations d’évacuation de milliers de ressortissants afghans de Kaboul, après la prise de pouvoir des talibans mi-août. L’Afghanistan conforte ainsi sa place de principal pays d’origine des demandeurs d’asile en France, avec 16.126 dossiers déposés (+62 %), loin devant la Côte d’Ivoire (6.268), le Bangladesh et la Guinée. Le niveau reste toutefois très en deçà de ceux l’avant-crise sanitaire, selon les statistiques provisoires de l’immigration publiées jeudi par le ministère de l’Intérieur.

Hausse des « éloignements forcés » et 10.091 expulsions

Par ailleurs, les données provisoires font état d’une très légère reprise des « éloignements » des étrangers en situation irrégulière, dossier sur lequel le gouvernement peine à accélérer depuis la pandémie. Avec 10.091 expulsions à proprement parler, les « éloignements forcés » ont progressé de 10,8 %.

« La lutte contre l’immigration irrégulière se poursuit, dans un contexte toujours très contraint du fait des difficultés rencontrées à organiser des déplacements en période de crise sanitaire : activité consulaire réduite, difficulté d’obtention de laissez-passer consulaire, baisse du trafic aérien, refus de se soumettre aux tests », a expliqué la direction générale des étrangers en France du ministère.