Prix du carburant : « Nan mais regardez-moi ça ! », le coup de pompe est rude pour les automobilistes

REPORTAGE Les prix du carburant sont en forte hausse en ce début d’année 2022. A Paris, certains ont arrêté de prendre la voiture, d’autres font preuve d’imagination pour réduire le coup de pompe

Charles Desthieux
— 
Dans les stations services à Paris, les prix explosent.
Dans les stations services à Paris, les prix explosent. — C. Desthieux / 20 Minutes
  • En l’espace de deux semaines, le prix au litre du diesel et de l’essence a bondi de 10 centimes. Jamais le Sans-plomb 95-E10 n’avait été aussi cher.
  • Les Parisiens contraints de prendre la voiture sont résignés. Pour payer moins cher, certains ont leurs astuces.
  • D’autres, ont même décidé de quitter la voiture.

Au moment de passer à la caisse, la main est fébrile. La hausse des prix du carburant se fait ressentir. « En ce moment, je paie 110 euros le plein d’essence », explique Robert, ouvrier dans le bâtiment. Le quadragénaire, qui utilise sa  voiture tous les jours dans  Paris, aimerait couper le contact. Ne plus jamais prendre sa camionnette, mais « mes nombreux outils ne vont pas me suivre par magie », répond-il avec ce sourire qui cache sa résignation.

Alain est dans la même situation. L’électricien est choqué de cette hausse des prix. « Nan mais regardez-moi ça ! », nous lance-t-il, en pointant du doigt le panneau d’affichage des prix d’une petite station-service : 2,15 euros le litre de sans-plomb 95-E10 et 1,98 euro pour celui du diesel. Mais l’homme a une astuce, il ne prend jamais de l’essence dans la capitale. « Je vais chez moi, dans le Val-de-Marne. C’est beaucoup moins cher », dévoile-t-il.

Robert, ouvrier dans le bâtiment, contraint d'utiliser sa voiture tous les jours, dans Paris.
Robert, ouvrier dans le bâtiment, contraint d'utiliser sa voiture tous les jours, dans Paris. - C. Desthieux / 20 Minutes

« Trop cher, impossible de se garer et stressant. » Patrick, lui, a fait le choix radical de ne plus avoir de voiture. L’ophtalmologue est passé au vélo. Marie Anne a opté pour une autre option, elle fait tout à pied. « Je ne veux pas de ce gouffre financier ! »

Une hausse record

A moto ou en voiture, les automobilistes parisiens l’ont bien senti, ce coût de pompe. Depuis quelques semaines, les prix des carburants battent des records. En l’espace de deux semaines, en moyenne en France, ils ont bondi de 10 centimes par litre pour l’essence et le diesel. Jamais le sans-plomb 95-E10 n’avait été aussi cher.

Un élément explique cette hausse : la demande mondiale est très forte, et l’offre s’est amoindrie. Cette conjonction a fait augmenter le prix du baril. En trois semaines, il est passé de 73 dollars à 84 dollars. Cette situation est partie pour durer. Si elle profite aux pays exportateurs de pétrole, elle lèse ceux qui se déplacent avec un véhicule pour lequel il faut faire le plein.