Covid-19: Une semaine après la manif des profs, les masques FFP2 sont-ils arrivés dans les écoles?

PROTOCOLE SANITAIRE L’opération doit se dérouler « du 19 au 26 janvier pour les masques FFP2 et jusqu’au 28 janvier pour les masques chirurgicaux », selon le ministère de l’Education nationale

Luc Sorgius
— 
Une salle de classe à Milan (Italie) où professeur et élèves portent des masques FFP2 (illustration).
Une salle de classe à Milan (Italie) où professeur et élèves portent des masques FFP2 (illustration). — Nicola Marfisi/AGF/SIPA
  • Après la grève massive dans l’Education nationale, le ministre Jean-Michel Blanquer a annoncé des mesures, dont la distribution des masques FFP2 et chirurgicaux « pour les personnels qui en ressentiraient le besoin ».
  • Une semaine plus tard, qu’en est-il dans les écoles ? Dans l’académie de Strasbourg, on indique que les masques sont « toujours en cours d’acheminement ».
  • Une annonce qui « va dans le bon sens » pour les syndicats, mais qui est encore loin de calmer la fronde envers le ministre.

Une semaine après la grève massive dans l’Education nationale, qu’en est-il des promesses faites par Jean-Michel Blanquer ? Le ministre de l’Education nationale, par ailleurs  englué dans la polémique, avait annoncé une série de mesures en réponse à la fronde face aux nouveaux protocoles sanitaires, avec notamment « la  distribution de 5 millions de masques FFP2 dans les établissements pour les personnels qui en ressentiraient le besoin ».

Dans l’académie de Strasbourg ce mardi, ils se faisaient toujours attendre, selon plusieurs sources. Contactée par 20 Minutes, la cellule communication du rectorat indique avoir reçu une note du ministère annonçant : « C’est toujours en cours d’acheminement. En métropole, l’opération va se dérouler du 19 au 26 janvier pour les masques FFP2 et jusqu’au 28 janvier pour les masques chirurgicaux. »

Une nouvelle qui « va dans le bon sens »

Dans les couloirs de l’académie de Strasbourg, on indique également être « en train de recenser les personnels qui en ont fait la demande », sans pouvoir, pour l’heure, donner davantage de précisions sur le nombre de masques réclamés.

Une nouvelle qui « va dans le bon sens » pour Myriam Brandt, co-secrétaire du Syndicat national unitaire des instituteurs, professeurs des écoles et des professeurs d’enseignement général de collège (SNUIPP-FSU67) : « C’est une demande que l’on fait depuis septembre 2020, pour les masques chirurgicaux en tout cas. Mais il a fallu mettre 75 % de la profession dans la rue pour que ça se débloque… »

« Tout passe par les médias, comme d’habitude »

L’enseignante estime que ces mesures sont une nécessité. « Depuis fin novembre, on isole les cas positifs, mais il n’y a plus de fermetures de classes. Le nombre de cas a explosé avec le changement de protocole. On est cernés par le virus, et on ne pourra pas éviter d’être contaminés dans les classes. »

Une certitude, malgré les annonces, la défiance envers le ministre de l’Education ne s’est pas estompée dans les écoles, loin de là. Dans l’académie de Strasbourg, sous couvert d’anonymat, certains témoignages se font grinçants. « On nous a promis plein de choses que l’on n’a pas eues », souligne un prof. Un autre constate : « Nous n’avons eu aucune information par voie hiérarchique. Tout passe par les médias, comme d’habitude. »

Pour autant, la grève s’annonce assez peu suivie ce jeudi en Alsace ; selon l’académie de Strasbourg, les intentions de grève dans le premier degré s’élèvent à 0,11 %.