C’est l’heure du BIM : Blanquer dans la tourmente, grève du médico-social et élection au Parlement européen

ACTUALITES « 20 Minutes » compile pour vous les infos qu’il ne faut pas manquer ce matin dans votre Bulletin d’information matinal (BIM)

X.M.
— 
Le ministre de l'Education nationale, Jean-Michel Blanquer, à l'Elysée le 22 décembre 2021.
Le ministre de l'Education nationale, Jean-Michel Blanquer, à l'Elysée le 22 décembre 2021. — Alfonso Jimenez//SIPA

Vous avez manqué les infos de ce début de matinée ? On vous a concocté un récap pour vous aider à y voir plus clair.

Jean-Michel a dévoilé le nouveau protocole sanitaire depuis Ibiza

Des vacances au soleil qui sonnent désormais comme un avis de tempête pour Jean-Michel Blanquer. Le ministre de l’Education nationale se trouvait en effet à Ibiza lorsqu’il a dévoilé au Parisien le nouveau (et controversé) protocole sanitaire pour les écoles, à la veille de la rentrée de janvier, selon Mediapart​. L’information a été confirmée lundi soir par le ministère qui indique que le ministre de l’Éducation a « travaillé à distance ». Depuis ces révélations la polémique enfle, notamment du côté de l’opposition qui demande sa démission.

Grève ce mardi des salaries du médico-social

Le gouvernement va devoir faire face à nouveau ce mardi à un mouvement social. Les salariés du social et du médico-sociale sont appelés à la grève pour dénoncer une « rupture d’égalité ». Ils réclament en effet les mêmes revalorisations salariales que celles octroyées à leurs collègues soignants lors du Ségur de la santé en 2020. De 450.000 à un million de professionnels, employés des fonctions publiques hospitalière et territoriale ou du secteur privé, sont concernés par ce mouvement, ont expliqué lundi les représentants d’une intersyndicale CFDT-FO-UNSA.

Une opposante à l’IVG favorite pour prendre la tête du Parlement européen

C’est jour de vote ce mardi à Strasbourg. Le Parlement européen va élire celui ou celle qui va prendre le fauteuil de président de David Sassoli, décédé le 11 janvier et dont le mandat prenait fin cette semaine. Et le poste pourrait revenir à la conservatrice maltaise Roberta Metsola, en dépit de son opposition à l’avortement. Cette membre du groupe de droite du PPE, première force politique du Parlement fait donc figure de favorite pour en prendre les rênes jusqu’à l’été 2024. Elle sera opposée à l’Espagnole Sira Rego (gauche radicale), le Polonais Kosma Zlotowski (ECR, eurosceptiques) et la Suédoise Alice Bah Kuhnke (les Verts). Consciente des réticences contre elle, l’actuelle vice-présidente de l’institution a tenu à assurer que son « devoir sera de représenter la position du Parlement », y compris sur les droits sexuels et reproductifs.