Coronavirus en Loire-Atlantique : L'obligation du port du masque en extérieur également suspendue

EPIDEMIE Comme à Paris, la justice a suspendu vendredi l'arrêté préfectoral qui obligeait le port du masque dans l'espace public en Loire-Atlantique

Julie Urbach
— 
Un passant portant le masque en centre-ville de Nantes (illustration).
Un passant portant le masque en centre-ville de Nantes (illustration). — L.Venance/AFP

Une décision qui porte atteinte « à la liberté individuelle des personnes appelées à se déplacer sur le territoire ». Voilà comment le tribunal administratif qualifie l’obligation du port du masque en extérieur pour les personnes de plus de 11 ans, mesure décidée le 30 décembre dernier par le préfet de Loire-Atlantique. Comme dans les Yvelines, puis  à Paris jeudi, le juge des référés, qui avait été saisi en urgence, a ainsi décidé de suspendre cet arrêté, annonce-t-il ce vendredi.

Si les très forts taux d’incidence peuvent justifier de se protéger le nez et la bouche sur l'espace public, la juridiction considère que le préfet aurait dû prendre en considération « les caractéristiques propres aux différentes zones urbaines, rurales ou littorales des 207 communes du département », mais aussi « des plages horaires de forte densité de population ». Le port généralisé du masque constitue ainsi « une atteinte disproportionnée et non appropriée aux circonstances de temps et de lieu ».

Un nouveau texte en préparation

Vendredi, le porte-parole du gouvernement Gabriel Attal a indiqué qu’un nouvel arrêté sera « prochainement » déposé par le ministère de l’Intérieur concernant le port du masque en extérieur à Paris. Il a précisé que cette nouvelle version viendra « définir de manière plus fine les conditions dans lesquelles le masque doit être porté en extérieur ».

Sollicitée par 20 Minutes, la préfecture de Loire-Atlantique indique qu’un « nouvel arrêté est en cours de préparation par les services de la préfecture ».