Montpellier : Entre 3.700 et 6.000 personnes pour la manifestation anti-pass vaccinal et des débordements

MANIF Alors que la mobilisation était en berne ces derniers temps, les propos présidentiels ont rallumé la contestation à Montpellier, où la manifestation s’est achevée dans la confusion

Jérôme Diesnis
— 
Un manifestant contre le pass vaccinal, le 8 janvier 2022.
Un manifestant contre le pass vaccinal, le 8 janvier 2022. — KONRAD K./SIPA

La manifestation anti-pass-vaccinal organisée samedi à  Montpellier, comme dans le reste de la France, a connu un très fort regain de vigueur après les propos d’Emmanuel Macron dans la semaine. Le président de la République a expliqué vouloir « emmerder les non-vaccinés ». Entre 3.700 personnes, selon la préfecture, à 6.000 personnes selon d’autres sources, ont défilé en ville au son de « Macron on t’emmerde ».

Comme souvent dans la préfecture de l'Hérault, la manifestation s’est terminée dans la confusion et a fait l’objet de heurts avec les forces de l’ordre. En tête de cortège, plusieurs jeunes hommes cagoulés défilaient, suivis de quelques dizaines de gilets jaunes.

Tentative d’intrusion dans la préfecture

Un petit groupe a dégradé la porte d’entrée de la gare Saint-Roch, en centre-ville. La gare a dû être fermée quelques minutes. Un peu plus tard, les manifestants ont, selon la police, essayé de grimper par-dessus les grilles de la préfecture. Des gaz lacrymogènes ont été lancés par les forces de l’ordre à plusieurs reprises dans l’après-midi, dans les rues bondées de passants.

En fin d’après-midi, les gendarmes ont tenté d’évacuer la place de la Préfecture, poussant de force les manifestants en bas de l’un des escaliers de cette place, créant un mouvement de foule. En début de soirée, des manifestants jetaient des chaises d’une terrasse de bar, ou encore des pots de fleurs d’une boutique du centre-ville, dans une atmosphère suffocante du fait des gaz lacrymogènes.