Coronavirus en Bretagne : La région recherche d’urgence 170 chauffeurs de cars

EMPLOI La pénurie de personnel est accentuée par la flambée du variant Omicron ces derniers jours

Jérôme Gicquel
— 
Illustration d'un car scolaire du réseau BreizhGo.
Illustration d'un car scolaire du réseau BreizhGo. — Jérôme Sevrette / Région Bretagne

La situation n’est pas propre à la Bretagne. Depuis plusieurs années, le secteur du transport des voyageurs est confronté à une véritable pénurie de chauffeurs. Plusieurs raisons expliquent ce phénomène comme les horaires contraignants ou la rémunération peu attractive. L’épidémie de Covid-19 n’arrange rien. En pleine flambée du variant Omicron, de nombreux conducteurs de cars, testés positifs ou cas contact, manquent en effet à l’appel.

Cela a des conséquences sur le transport scolaire avec certaines lignes qui doivent être fusionnées ou même supprimées depuis quelques jours. « Pour les dessertes scolaires, les familles sont informées par SMS mais malheureusement, quand le conducteur, présent la veille au soir, ne se présente pas au dépôt le lendemain matin, il est difficile de prévenir en amont les familles », indique la région Bretagne dans un communiqué.

540 postes vacants en Bretagne

Face à cette pénurie, la collectivité lance en urgence une campagne de recrutement avec 170 postes à pourvoir dans les cars scolaires et interurbains du réseau BreizhGo. La région précise par ailleurs que « 540 postes sont vacants en Bretagne dans ce secteur d’activité, tous transports de passagers confondus ». Pour postuler, les candidats doivent être titulaires du permis D et doivent adresser leur CV à l’adresse : recherche.chauffeurs@bretagne.bzh.

Des négociations étant en cours avec la Fédération nationale des transports publics, ces chauffeurs « pourraient voir leurs conditions d’embauche et de salaires revalorisées », souligne la région.