Vaccination à Lyon : Au centre de Gerland, les 5-11 ans ont affronté leur première piqûre

VACCIN Lundi, mercredi et vendredi, le centre de vaccination de Gerland a ouvert 2.200 créneaux pour les 5-11 ans. Plus de 460 venaient de recevoir leur premier vaccin aujourd’hui en fin d’après-midi, avec une certaine sérénité due à un parcours adapté

Jennifer Lesieur
— 
Les enfants présentent moins d'effets indésirables suite au vaccin que les adultes.
Les enfants présentent moins d'effets indésirables suite au vaccin que les adultes. — Slavomir Kubes/AP/SIPA

Même pas peur. Léa, 10 ans, vient de recevoir son premier vaccin. « Ça s’est bien passé », acquiesce-t-elle. Sa maman est infirmière, « alors elle a été bien briefée ! », sourit celle-ci. « Léa savait à quoi s’attendre, et on l’a fait avec son accord. » Cette famille de Meyzieu était presque entièrement vaccinée, « dont le grand frère de 15 ans, et dès que j’ai su qu’il y avait des créneaux pour les enfants, j’ai réussi à avoir un rendez-vous sur  Doctolib dès aujourd’hui ».

Idriss, 7 ans, a l’air ombrageux du petit garçon qui aurait bien aimé se montrer courageux, lui aussi, mais « il a eu très peur de la piqûre et il a un peu pleuré », raconte son père. S’il a emmené son fils aujourd’hui, « c’est parce que ma femme et moi avons eu notre troisième dose, mais elle a été positive la semaine dernière. Alors j’ai préféré vacciner rapidement mon fils, pour qu’on ne soit pas tous malades à la maison ! »

2.200 créneaux ouverts cette semaine pour les 5-11 ans

Ces enfants font partie des 460 passés par le centre de vaccination de Gerland ce lundi, qui vaccine sur rendez-vous les enfants de 5 à 11 ans aujourd’hui, mercredi et vendredi. Ceux qui présentaient des risques, comme une comorbidité ou vivant auprès d’une personne immunodéprimée, pouvaient être vaccinés depuis le 15 décembre, mais les vacances scolaires ont conduit la plupart des parents à reporter leur demande de rendez-vous.

« 2.200 créneaux ont été ouverts sur la semaine », explique le Dr Jihane Fattoum, chef de service adjoint aux urgences de l’hôpital Edouard-Herriot. « L’accélération de la campagne de vaccination, et celle de l’épidémie de contamination, nous a fait prendre cette décision rapidement. On avait déjà ouvert le 19 décembre pour vacciner les enfants à risque, susceptibles de développer une forme grave du Covid-19, ceux-là pourront recevoir leur deuxième dose ce dimanche. »

Un parcours vaccinal adapté aux enfants

C’est la forme pédiatrique du vaccin Pfizer qui est administrée, après la signature d’une autorisation parentale et une consultation prévaccinale. Si les enfants craignent l’aiguille, les parents redoutent davantage les effets secondaires. Or, le Dr Fattoum a remarqué « que chez les enfants, il y avait beaucoup moins d’effets indésirables comme une petite fièvre, des frissons, une douleur au point d’injection, les effets classiques de n’importe quel vaccin. Ce qu’on a vu aujourd’hui, c’est quelques malaises… Surtout liés à la piqûre elle-même ! » Pour rassurer cette population, « huit médecins, 20 infirmières, 10 étudiants sont là pour rassurer, expliquer, et bien accueillir les deux flux différents ». Car le centre est toujours ouvert aux adultes, vaccinés selon une file différenciée.

Les enfants, eux, ont droit à un parcours vaccinal un peu plus long, comprenant un TROD, test rapide d’orientation diagnostic : « C’est une piqûre au bout du doigt, qui permet de savoir si l’enfant a déjà été en contact avec le Covid-19 : si c’est le cas, il n’aura qu’une seule injection pour clôturer son schéma vaccinal », poursuit le Dr Fattoum. « S’il est négatif, il reprendra un rendez-vous dans les 3 semaines pour sa deuxième injection. » Pour rappel, le centre de Gerland proposera des nocturnes exceptionnelles mercredi 5 et vendredi 7 janvier, de 20 heures à minuit, pour les 12-30 ans (vaccin Pfizer). Léa et Idriss, eux, sont rentrés chez eux en sautillant, pas mécontents d’avoir passé cette étape.