Bretagne : Le géant Leffe demande à une petite brasserie de changer de nom

BIERE La brasserie Leff dans les Côtes-d’Armor est accusée de créer « la confusion chez les consommateurs »

J.G. avec AFP
— 
La marque Leffe est la propriété du groupe AB InBev, numéro un mondial de la bière.
La marque Leffe est la propriété du groupe AB InBev, numéro un mondial de la bière. — SOPA Images/SIPA
  • Propriétaire de la marque Leffe, le géant de la bière AB InBev demande à la micro-brasserie bretonne Leff de changer de nom.
  • Le numéro un mondial de la bière estime que le nom Leff est susceptible de créer « la confusion chez les consommateurs ».
  • Le propriétaire de la micro-brasserie bretonne appelle à l’aide pour se défendre.

C’est un peu le combat de David contre Goliath. Numéro un mondial de la bière, le groupe belgo-brésilien AB InBev est en pétard contre la micro-brasserie bretonne Leff et lui demande de changer de nom pour éviter de créer « la confusion chez les consommateurs ». « Le nom Leff pour une bière ressemble fort à notre marque protégée Leffe pour des bières également » et « dans la prononciation il n’y a pas de différence entre les deux », indique AB InBev dans un communiqué. « L’existence de deux bières Leff et Leffe créerait de la confusion chez les consommateurs et pourrait les induire en erreur », poursuit le groupe.

Une demande écrite a été envoyée il y a quelques semaines à la micro-brasserie, située à Lanleff près de Paimpol (Côtes-d’Armor).  « C’est un peu rocambolesque tout ça », a réagi Philippe Le Saux, fondateur de la Brasserie artisanale du Leff, du nom d’une rivière bretonne, affluent du Trieux. « J’utilise l’eau du Leff pour faire de la bière », s’est expliqué le brasseur de 64 ans, qui a commencé à fabriquer sa bière l’été dernier pour « des copains » et les « gens du coin ». « C’est du service plutôt qu’autre chose », a souligné Philippe Le Saux, qui dit viser une production de 1.500 bouteilles par mois et a déposé la marque de sa bière à l’Institut national de la propriété intellectuelle (Inpi).

Le brasseur breton demande de l’aide pour se défendre

AB InBev, qui détient 500 marques et revendique deux milliards de consommateurs dans le monde, a souligné dans son communiqué les « similitudes visuelles dans la mise en page avec notre marque Leffe », la brasserie artisanale utilisant également des caractères gothiques sur ses étiquettes.  « AB InBev espère qu’une solution sera trouvée et attend l’évaluation de l’administration française chargée des marques déposées », a ajouté le groupe.

Philippe Le Saux indique ne pas avoir les moyens de mener une action en justice contre le géant de la bière, connu pour ses marques mondiales Budweiser, Stella Artois ou Corona. « Devant un trust comme ça, on ne peut pas lutter. C’est la région Bretagne qui doit me défendre », a-t-il estimé.