Coronavirus : 50 médecins demandent un report de la rentrée scolaire

EDUCATION Les soignants estiment que les moyens déployés par le ministère de l’Education nationale pour freiner l’épidémie dans les écoles sont insuffisants

D.B.
— 
Injection Vaccin Covid-19 pour enfants de 5-11 ans.par un docteur du Service Pediatrie du Centre Hospitalier d'Antibes Juan-les-Pins.
Injection Vaccin Covid-19 pour enfants de 5-11 ans.par un docteur du Service Pediatrie du Centre Hospitalier d'Antibes Juan-les-Pins. — SYSPEO/SIPA

Soucieux de la flambée de l’épidémie de Covid-19, 50 professionnels de santé demandent au gouvernement de reporter la rentrée scolaire dans une tribune publiée dans le JDD ce samedi. Une recommandation qu’ils font alors qu’un conseil de défense sanitaire consacré au Covid-19 est prévu ce lundi.

Ils s’inquiètent de l’augmentation des hospitalisations d’enfants ces dernières semaines et pensent que la tendance va s’accentuer prochainement : « Nous nous attendons à une vague inédite dans les semaines à venir de prise en charge d’enfants atteints du syndrome inflammatoire multi-systémique pédiatrique (PIMS), ainsi que de séquelles liées à l’évolution, dans certains cas, d’une forme durable de la maladie ("covid long pédiatrique ") ».

Privilégier la prudence pour le début de l’année

Selon eux, « le rôle de l’école n’est pas discutable » dans la transmission du virus et les moyens déployés jusqu’à présent par le ministère de l’Education nationale pour freiner l’épidémie dans les établissements sont « faibles ». « Un des premiers clusters du variant Omicron a été détecté également en milieu scolaire », rappellent-ils aussi.

Par conséquent, ces 50 soignants réclament un report de la rentrée scolaire, prévue le 3 janvier, « avec recours au télé-enseignement jusqu’au retour à des seuils d’indicateurs sanitaires définis publiquement ». Ils recommandent aussi « une lutte claire du ministère de la Santé contre la désinformation sur la situation épidémique chez les enfants et contre le dénigrement de la campagne de vaccination ». Car selon eux, « certains experts, qui continuent de minimiser l’impact du Covid-19 sur les enfants et mettent en question l’intérêt de la vaccination pour les enfants de 5 à 11 ans ».

Jean-Michel Blanquer opposé pour l’instant à cette idée

Pour l’heure, une prolongation des vacances scolaires au-delà du 3 janvier n’est « pas l’hypothèse privilégiée » pour freiner l’épidémie de Covid et ne serait décidée qu’en « dernier ressort », a déclaré la semaine dernière le ministre de l’Education nationale Jean-Michel Blanquer sur BFMTV. 

« Le taux d’incidence en population générale est un critère mais il est moins valable maintenant parce que beaucoup de gens contaminés, ça ne veut pas forcément dire grand-chose s’il y a beaucoup de gens vaccinés. C’est la saturation dans les hôpitaux et dans les services de réanimation qui est importante » à regarder, a-t-il rappelé.