Bordeaux : Antoine Boudinet, figure des « gilets jaunes », démissionne du conseil municipal

POLITIQUE Il avait été élu sur la liste du collectif anticapitaliste « Bordeaux en luttes » aux côtés de Philippe Poutou

C.C. avec AFP
— 
Antoine Boudinet, 27 ans, a eu la main droite arrachée par une grenade GLI-F4 le 8 décembre 2018.
Antoine Boudinet, 27 ans, a eu la main droite arrachée par une grenade GLI-F4 le 8 décembre 2018. — GEORGES GOBET / AFP

Antoine Boudinet, figure des « gilets jaunes » bordelais qui a eu une main arrachée lors d’une manifestation fin 2018, a démissionné du conseil municipal de Bordeaux. La mairie a confirmé ce mardi cette information de France Bleu Gironde. Il avait été élu sur la liste du collectif anticapitaliste  « Bordeaux en luttes », formée en 2020 par des militants de partis et organisations de gauche - notamment le Nouveau parti anticapitaliste (NPA) et La France Insoumise - et emmenée par  Philippe Poutou.



Ce dernier, candidat déclaré à l’élection présidentielle sous l’étiquette du NPA, a expliqué ce départ par « différentes difficultés » au sein du groupe qui feraient l’objet d’une conférence de presse début janvier. « Bordeaux en luttes » avait frôlé les 10% des voix aux municipales et remporté trois élus au conseil municipal.



Antoine Boudinet a eu la main droite arrachée par une grenade GLI-F4 le 8 décembre 2018 à Bordeaux lors d’une manifestation des « gilets jaunes ». A 26 ans, le jeune homme originaire de Bayonne s’était alors engagé dans la lutte contre les violences policières avant de devenir le benjamin des conseillers municipaux bordelais.