Emmanuel Macron juge « souhaitable » que la raison et la religion vivent « côte à côte »

COMPLOT Dans un texte publié par le site de L’Express en plein débat sur le complotisme, Emmanuel Macron défend vigoureusement la science

20 Minutes avec AFP
— 
Emmanuel Macron le 17 décembre 2021, à Bruxelles.
Emmanuel Macron le 17 décembre 2021, à Bruxelles. — John Thys/AP/SIPA

Emmanuel Macron estime « souhaitable » que la raison et la religion puissent « vivre côte à côte, parfois même se nourrir ». « Je crois profondément qu’il peut exister des continuités entre Dieu et la science,  religion et raison », affirme le chef de l’Etat, dans un texte publié mardi par le site de L’Express en plein débat sur le complotisme. « Oui, la science et Dieu, la raison et la religion peuvent donc vivre côte à côte, parfois même se nourrir. Cela est même souhaitable tant aspiration à la raison et besoin de transcendance cohabitent en chacun de nous », ajoute-t-il dans ce texte qui paraîtra jeudi.

Grâce à la laïcité qui « rend possible cette riche cohabitation », la France « continuera à être une nation infiniment rationnelle et résolument spirituelle. Nation de citoyens libres de critiquer et libres de croire », conclut le président.

« L’avènement de l’ère du "tout-se-vaut" disqualifie l’autorité du chercheur »

Emmanuel Macron débute le texte en défendant vigoureusement la science : « jamais, sans doute, l’humanité n’en a eu autant besoin » pour faire face à la pandémie de Covid-19. Et, pourtant, « la remise en cause du discours scientifique n’a cessé de se développer dans nos sociétés. Le complotisme gagne du terrain et prend des formes de plus en plus extrêmes, comme en témoigne  l’emprise croissante de la mouvance QAnon », souligne encore le président. « L’intégrisme religieux, et ses explications totalisantes qui privilégient la foi sur la raison, la croyance sur le savoir et excluent le doute constructif, devient de plus en plus prégnant », ajoute-t-il.

Selon le chef de l'Etat, « l’avènement de l’ère du "tout-se-vaut" disqualifie chaque jour un peu plus l’autorité du chercheur, dont la parole est mise au même niveau que celle des commentateurs ». Emmanuel Macron souhaite donc que « la nation tout entière se mobilise pour opposer au complotisme le raisonnement éclairé, au relativisme la culture des faits et la reconnaissance de l’autorité scientifique, à l’intégrisme une République ferme dans sa défense, forte de ses valeurs, nourrie par ses débats ».

Depuis le début du quinquennat, Emmanuel Macron, qui a dit croire en 2016 à l’existence d'« une transcendance », a évoqué à plusieurs reprises les questions religieuses lors de rencontres avec les communautés juive, musulmane, catholique ou, plus récemment, protestante.