Affaire PPDA : Deux enquêtes judiciaires ouvertes contre l'ex-présentateur pour viols

VIOLENCES SEXUELLES Patrick Poivre d’Arvor avait été accusé de viols par huit femmes dans « Libération », en plus de l'écrivaine et journaliste Florence Porcel

X.R. avec AFP
— 
PPDA fait désormais l'objet de deux enquêtes.
PPDA fait désormais l'objet de deux enquêtes. — GILLES MOREL/SIPA

L’ancien monstre sacré du PAF vacille. Patrick Poivre d’Arvor, l’ex-présentateur star de TF1 est accusé par l’écrivaine et journaliste Florence Porcel, 38 ans, de lui avoir  imposé un rapport sexuel en 2004 et une fellation en 2009. Il va faire l’objet d’une enquête confiée à un juge d’instruction, a indiqué vendredi le parquet de Nanterre, confirmant une information de TF1-LCI. La première plainte de Florence Porcel contre PPDA, qui a nié ces accusations, avait été déposée en février puis classée sans suite fin juin par le parquet de Nanterre pour « prescription » et pour « insuffisance de preuves ».

Ce sont sur ces faits de 2009 classés pour « insuffisance de preuves » que les enquêteurs investigueront de nouveau, a précisé le parquet. Après un classement sans suite d’une enquête préliminaire par des magistrats du parquet, un plaignant peut se constituer partie civile afin de provoquer la saisine d’un juge pour enquêter de nouveau sur les faits reprochés. C’est ce qu’a fait Florence Porcel fin novembre, enclenchant ainsi l’ouverture d’une information judiciaire.

Une « vague d’accusations » qui incite la justice à agir

Une deuxième enquête visant Patrick Poivre d’Arvor, celle-ci menée par des magistrats du parquet, a également été ouverte jeudi à Nanterre pour viol, après une plainte déposée la semaine dernière par une femme qui accuse PPDA de l’avoir violée lors du festival de Cannes en 1985, quand elle avait 23 ans.

« Ma cliente reçoit comme l’expression d’une considération cette ouverture d’enquête alors que les faits sont prescrits, preuve que son courage n’a pas été vain », a déclaré son avocate Laure Heinich. D’après une source proche du dossier, le parquet a ouvert cette enquête préliminaire car il est « important d’effectuer des vérifications sur les faits avant de déterminer s’ils sont prescrits ou pas ».

Selon cette source, la « vague d’accusations » visant Patrick Poivre d’Arvor « incite (la justice) à vérifier » les faits dénoncés. Onze femmes ont porté plainte conte l’ancien présentateur pour viol, agression sexuelle ou harcèlement sexuel. Au mois de novembre, huit femmes, dont sept à visage découvert, avaient témoigné dans « Libération ».